Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

21 août 2008

Essai routier complet: Infiniti G37 Coupé 2008

J’ai juste cinq mots d’écrit que déjà je sais que cet article ne sera pas à la hauteur. Je n’aurai jamais assez de mots pour vous faire ressentir les émotions que j’ai eues au volant de l’Infiniti G37 Coupe. C’est une voiture exceptionnelle et vendue à prix d’aubaine, du moins pour le modèle de base. D’abord, un peu d’histoire.

La marque Infiniti est la marque de luxe de Nissan, au même titre que Lexus pour Toyota et Acura pour Honda. Destinée à concurrencer les modèles européens, les débuts d’Infiniti furent laborieux. Le premier modèle lancé en 1990 fut la Q45, une voiture très avancée technologiquement mais esthétiquement, elle ne pouvait concurrencer les européennes. Elle s’est éteinte l’an dernier sans jamais avoir conquis qui que ce soit. Le G35 Coupe est apparu en 2003 comme le grand frère du Nissan 350Z. Alors qu’on croyait que le Nissan aurait le dessus sur l’Infiniti, c’est le contraire qui s’est produit. Depuis ce temps, les nouveaux produits Infiniti ont une personnalité plus forte et prennent leurs distances face aux Nissan. D’ailleurs, le G35 Coupe devient G37 cette année avec un nouveau moteur de 3,7 litres que ne partage pas le 350Z.

Même si la ligne extérieure ne semble pas avoir changée par rapport à 2007, il faut savoir que l’Infiniti G37 Coupe est plus long, plus bas et plus large que son prédécesseur. Les quelques angles de la silhouette du coupé G35 ont été adoucis pour donner au nouveau coupé G37 des lignes musclées tout en étant fluides et séduisantes. On a aussi porté une attention particulière à l’assemblage des pièces de carrosserie si bien que l’on retrouve, sous le capot en aluminium, deux loquets situés aux deux coins avant afin d’assurer un ajustement précis. Les jantes de 18 ou 19 pouces, selon l’équipement choisi, contribue à accentuer cette impression de puissance. L’arrière n’est pas en reste avec de grands feux à DEL, une signature Infiniti, deux énormes tuyaux d’échappement chromés et ce petit aileron également chromé placé sur le coffre qui conjugue l’élément luxe à celui de la puissance.

On prend place facilement à l’intérieur du coupé G37, du moins à l’avant. Pour se rendre à l’arrière, il suffit d’appuyer sur un bouton situé sur le dossier avant pour que celui-ci s’avance pour vous laisser passer. L’espace à l’arrière est évidemment plus calculé mais on y est assis confortablement. Le tableau de bord reçoit le groupe d’instruments électroluminescents à éclairage blanc et violet très joli et lisible et l’écran d’information multifonction intégré qui vous renseigne sur les fonctions vitales (et non-vitales) de votre Infiniti. Les sièges du conducteur et du passager avant, tous les deux à huit réglages électriques, sont recouverts d’un cuir d’excellente qualité que l’on peut faire chauffer par temps froid. Une bonne position de conduite est facilement acquise. Un accessoire très apprécié fut le système de clé intelligente. Ainsi, vous gardez toujours la petite boîte dans votre poche de pantalon et vous pourrez déverrouiller portières et coffre sur simple pression d’un bouton. Combiné au démarrage sans clé, vous n’aurez jamais à fouiller dans vos poches pour chercher vos clés. Génial! Reste à savoir combien de temps durera la batterie de cette télécommande… Le système audio de série est une unité Studio on Wheels de Bose à 11 haut-parleurs, qui combine des haut-parleurs à trois voies dans les portières, avec caissons de graves de 10 po, et un amplificateur de qualité audiophile à convertisseur numérique-analogique de suréchantillonage Burr-Brown de 24 bits et 96 kHz. La qualité est impeccable. S’il faut vraiment trouver à redire sur le système audio, j’aurais aimé qu’il affiche le titre des chansons jouant à la radio. Mon Dieu que je suis déplaisant!!! Blague à part, la sonorité de la radio autant que celle des CD est superbe. Dernier détail sur l’habitable : il est magnifiquement éclairé le soir. En plus des cadrans allumés en tout temps, l’écran central se tamise et une petite lumière provenant du pavillon éclaire au niveau du levier de vitesse. Ça fait très « zen »!

Au simple toucher d’un bouton, on fait résonner le nouveau V6 de 3,7 litres de 330 chevaux fringants, en hausse de 55 par rapport à l’an dernier. Il serait toutefois moins gourmand de 8 % en hydrocarbures. Sa sonorité a sûrement été étudiée. Lorsqu’on le démarre, un superbe grondement s’échappe des deux tuyaux d’échappement, à la manière des puissantes américaines. À l’intérieur par contre, c’est le silence total, reflet d’une excellente insonorisation. Au pire, on entend un léger grondement en franche accélération. Deux transmissions sont au programme : une boîte manuelle six rapports allégée et améliorée et une automatique à cinq vitesses avec mode manuel. Cette dernière équipait ma voiture d’essai et elle effectue son travail en douceur. Quant au mode manuel, c’est la première fois que je l’apprécie sur une transmission de ce type. Ses changements sont presque instantanés lorsqu’on pousse sur le levier. La tenue de route est à la hauteur avec une agilité surprenante pour une voiture de ce gabarit. La direction est précise, les freins puissants et la suspension est un bon compromis entre confort et sportivité. L’Infiniti G37 Coupe 2008 roule sur des pneus toutes-saisons Dunlop Sport Maxx P225/50R18. N’oubliez pas que, même s’ils sont nommés « toutes-saisons », il faudra, au Québec, les remplacer au maximum le 15 novembre, par des pneus d’hiver puisqu’ils sont obligatoires dès cette année. Une dépense supplémentaire est donc à prévoir. Si vous cochez l’option sport, des pneus et jantes de 19 pouces sont alors installés.

En résumé, une voiture séduisante, excitante, performante, aguichante… nommez-les tous. Elle fait tourner les têtes et j’ai passé la semaine à répondre aux questions de plusieurs personnes émerveillées par sa ligne et son grondement de voiture sport. C’est facile de savoir quelle est la clientèle-cible de l’Infiniti G37 Coupe 2008; il suffit d’ouvrir le coffre à bagages. Sous le couvert, il y a un autocollant qui indique comment placer vos deux sacs de golf! Même si je ne joue pas au golf, je me vois très bien conduire cette voiture au jour le jour. Pourquoi pas un essai à long terme?

Questions, commentaires, opinions? Venez me rejoindre sur le forum de Passion Automobile en cliquant ici ou sur le site de Critique Auto.

Conditions de l’essai

Réalisé du 28 avril au 5 mai 2008.
Journées ensoleillées et pluvieuses, entre 1 et 11 C.
Modèle essayé : Infiniti G37 Coupe 2008
Échelle de prix : 47 350 à 55 350 $
Prix du modèle essayé : 49 000 $ + taxes
Distance parcourue : 394,4 km (51% autoroute)
Consommation moyenne : 11,4 L/100 km
Véhicule fourni par Nissan Canada.
Merci à Alexandra Cygal.

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+