Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

07 décembre 2005

Essai routier: Chevrolet Impala 2006



Le nom Impala est l’un de ceux ayant connu le plus de succès chez Chevrolet. La Chevrolet Impala des années 50-60 avait d’ailleurs dominé le marché. Ce fut tout autre au cours des années 70 à 90 où elle servit plus de voiture de taxi ou de police que de voiture personnelle. En 2000, on renouvela l’Impala afin de la rendre plus belle et plus attrayante aux yeux du public. Elle connut un bon succès face à ses concurrentes de l’époque.

Cette année, on redessine la Chevrolet Impala du tout au tout. La ligne de la cuvée 2006 est plus fluide, moins tarabiscotée et conserve le petit look sportif qui attire la clientèle, particulièrement en version SS et le retour du moteur V8. Outre la version SS, la Chevrolet Impala 2006 est offerte en trois versions soit les LS, LT et LTZ. C’est cette dernière que j’ai eu l’occasion d’essayer avec la toujours appréciée collaboration de Paillé Automobiles de Berthierville.

En équipement de série, disons que la Chevrolet Impala LS est déjà bien fournie. J’ai remarqué très peu de différence entre les modèles LS et LT alors pourquoi deux versions distinctes? Je ne sais trop mais j’ai noté deux manques importants dans ces versions : les freins ABS et la banquette arrière rabattable. Heureusement, ces deux équipements peuvent être obtenus en option, l’ABS comprenant également un système antipatinage.

L’essai de la Chevrolet Impala LTZ 2006 fut très agréable. L’intérieur est grand pour cinq personnes, une version à six places étant également disponible. Les sièges en cuir chauffants sont confortables malgré leur manque de support latéral. L’instrumentation est simple et agréable à l’œil. Un petit écran affichant plusieurs messages sur l’état du véhicule est présent au bas de l’indicateur de vitesse et en français S.V.P.. J’aime bien les systèmes AM/FM/CD de General Motors avec leur écran clair et facile à comprendre. Leurs boutons sont gros et pas besoin de quitter la route des yeux très longtemps pour effectuer les changements voulus. Les commandes de la radio sont dupliquées au volant en compagnie des contrôles du programmateur de vitesse. Les glaces et le verrouillage des portes électriques est de série dans tous les modèles. Les matériaux sont de qualité. La visibilité s’est révélée excellente. Le coffre est de bonne dimension et peut être agrandi en abaissant la banquette arrière 60/40 sur les modèles LTZ et SS.

Sous le capot, trois moteurs disponibles. D’abord sur les modèles LS et LT, un V6 de 3,5 litres de 211 chevaux. Le modèle LTZ vous offre 242 chevaux avec son V6 de 3,9 litres et le modèle SS fait évidemment confiance au V8 « petit bloc » de 5,3 litres de 303 chevaux avec cylindrée à la demande ce qui veux dire qu’il se passe de quatre cylindres lorsque la puissance n’est pas nécessaire. La boîte automatique à quatre vitesses est la seule disponible et elle est renforcée pour le V8. Le V6 3,9 litres de mon véhicule d’essai ne manquait pas de puissance et la transmission passait les vitesses avec beaucoup de douceur. La direction est bien dosée et la suspension est très confortable. Tellement confortable qu’elle manque un peu de sportivité et il ne faut pas attaquer les sorties d’autoroute trop rapidement sous peine de visiter le gazon. La Chevrolet Impala SS a sûrement une tenue route plus incisive puisque ses réglages de suspension sont adaptés à la puissance accrue de ce modèle. Les freins sont à disques aux quatre roues et avec ABS et antipatinage sur les modèles LTZ et SS. Ils sont malheureusement en option sur les modèles LS et LT.

C’est un essai que j’ai bien aimé. D’abord parce que je trouve que la ligne de cette voiture s’est beaucoup améliorée par rapport à la précédente. Elle est désormais plus sportive en livrée LTZ et SS. Le modèle SS ajoute même la puissance d’un V8 bien moderne avec sa cylindrée à la demande. De plus, sa conduite est plus agréable que ce à quoi je m’attendais. Habituellement, les voitures de ce gabarit ont des suspensions plus axées sur le confort et la tenue de route en souffre. Dans la Chevrolet Impala 2006, la tenue de route offre un bon compromis entre confort et performance. Comme c’est mon opinion et que vous n’êtes pas obligé de la partager, je vous conseille un essai. Les conseillers de Paillé Automobiles de Berthierville sont là pour vous aider. Bonne route!

Dès maintenant, vous pouvez me poser des questions ou faire vos commentaires sur le forum de Passion Automobile, les passionnés européens de l'automobile, en cliquant ici!

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+