Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

26 septembre 2005

Essai routier: Mazda5 2006



Chez Mazda, on est sur une très agréable lancée. La Mazda RX-8, la Mazda3, la Mazda6, la Miata MX-5 et maintenant le Mazda5. Et le Mazda CX-7 à venir plus tard en 2006, un très joli véhicule multisegments. Tous ces véhicules Mazda intègre une allure sportive qui semble plaire à la clientèle si l’on se fie au volume de ventes de chacun de ces modèles.

J’ai fait l’essai, il y a quelques semaines, du Mazda5 GS 2006 qui prétend être le premier véhicule multi-activité, selon les documents de la compagnie. Le Mazda5 remporte un très grand succès en Europe en ce moment où les véhicules plus petits ont la cote. Au Canada et aux Etats-Unis, le marché est très différent. On aime les gros véhicules qui peuvent se rendre à des endroits où nous n’irons jamais. Seul exception, le Québec. Au royaume de la Civic, Echo et Mazda3, le Mazda5 fera probablement un malheur. En 2000, alors que toutes les compagnies fabriquaient des mini-fourgonnettes de moins en moins mini, Mazda lançait la nouvelle génération de MPV, plus petite mais également mieux conçue que la majorité de ses grosses concurrentes. Succès instantané! Le Mazda5 tente de renouveler l’exploit. Alors que les Nissan Quest et Toyota Sienna prennent du volume, Mazda présente un véhicule beaucoup plus petit, sur la plate-forme de la Mazda3, capable de transporter six passagers dans un confort surprenant.

Il y a très peu de choix à faire lorsque vous achèterez un Mazda5: la couleur, GS ou GT, automatique ou manuelle, air climatisé ou pas. C’est tout! L’équipement de série du modèle GS est déjà très complet avec, entre autres, les roues en alliage de 16 pouces, rétroviseurs, glaces et verrouillage des portières électriques, télédéverrouillage, radio AM/FM/CD avec commandes au volant, antidémarreur, volant inclinable et télescopique et freins antiblocage. Le modèle GT ajoute les roues de 17 pouces, les phares antibrouillard, deux haut-parleurs de plus pour la radio, le régulateur de vitesse, les rétroviseurs chauffants, le toit ouvrant, des rideaux gonflables latéraux et un système d’alarme. Les sièges avants sont confortables et inclus un bon support latéral, surprenant pour ce type de véhicule. À l’arrière, l’espace pour les jambes est bon à la deuxième rangée mais peut-être un peu juste à la troisième rangée. Des enfants s’y sentiront plus à l’aise. Les sièges sont tous inclinables, incluant le siège du passager avant, et vous permettent d’obtenir une surface parfaitement plane pour y engouffrer des objets encombrants. Beaucoup d’espace de rangement dans l’habitacle notamment sous le plancher de la soute à bagages, sous les sièges de la deuxième rangée, un bac central pour votre cellulaire et vos disques et des vide-poches dans toutes les portes. L’ergonomie du tableau de bord ne peut être mis en doute, les cadrans sont de consultation facile et le tout a un look sportif avec sa couleur noir et des ajouts argentés sur la console centrale et autour du levier de vitesse.

Sous le capot, on retrouve un moteur quatre cylindres 2,3 litres de 157 chevaux, le même qui équipe la Mazda3 GT. Il est couplé à une transmission manuelle cinq rapports de série ou une automatique à quatre vitesses avec mode séquentiel en option. C’est celle-ci que j’ai testée et elle était très agréable à utiliser, même le mode séquentiel mis à part le fait qu’elle me semble à l’envers du bon sens, le « plus » étant en bas et le « moins » en haut. Les performances sont bonnes mais certaines personnes m’ont rapporté avoir trouvé ce quatre cylindres assoiffé. On nous promet néanmoins 8,0 L/100km sur route et 10,6 en ville avec transmission manuelle. Pas de commentaires négatifs sur la suspension indépendante aux quatre roues qui absorbe bien les trous et bosses et les freins à disque qui semblent faire leur travail avec brio.

Mazda semble avoir trouvé la bonne voie. On peut faire plus petit et tout aussi fonctionnel. Le fait de pouvoir choisir une transmission manuelle attirera également plusieurs acheteurs. Il y aurait tellement plus à dire sur le Mazda5 2006 que je vous recommande un essai chez un concessionnaire Mazda pour vous faire votre propre opinion. En temps que propriétaire de mini-fourgonnette, je mettrai le Mazda5 dans ma liste lorsque viendra le temps de changer de véhicule. Là-dessus, bonne route!

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+