Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

12 octobre 2016

Essai routier: Mazda CX-5 2016

Mazda CX-5 2016
L’association entre Ford et Mazda entre 1979 et 2010 a probablement été bénéfique pour les deux constructeurs, mais disons que pendant toutes ces années, Mazda s’est peut-être un peu oubliée. En seulement deux ans, de 2008 à 2010, Ford s’est complètement retirée du capital-action de Mazda. En 2011, Mazda faisait face à ses plus grosses pertes financières depuis 11 ans. C’est fut alors le début de la conception des technologies SKYACTIV. Le Mazda CX-5 2013 a été le premier véhicule entièrement doté de ces nouvelles technologies. Comme son logo le suggère, Mazda était prête à voler de ses propres ailes. Finalement, c’est peut-être une bonne chose que Ford se soit retirée.

Mon essai d’un exemplaire 2014 ne m’avait laissé que de bonnes impressions et je ne m’attendais à rien de moins avec le Mazda CX-5 2016. La silhouette a été légèrement révisée afin de la mettre au gout du jour. Le motif de la calandre a été modifié et les phares sont maintenant dotés de DEL. Même chose pour les feux arrière.

La mécanique demeure sensiblement la même pour 2016. Le modèle GX peut recevoir un moteur de 2,0 litres et 155 chevaux, mais le groupe le plus intéressant est le quatre cylindres de 2,5 litres avec transmission automatique à six rapports. Ses 184 chevaux lui procurent une vivacité intéressante. C’est d’ailleurs un plaisir d’enfiler les virages à bonne allure puisque la direction est précise et bien dosée. Et si vous avez lu mon essai de 2014, vous vous souvenez que je m’inquiétais de la consommation dépassant les 10L/100 km. C’était probablement le froid puisque cette fois-ci, l’ordinateur de bord a affiché 8,4 L/100, ce qui est excellent pour un utilitaire sport à traction intégrale. Les freins à disque aux quatre roues sont puissants et Mazda a réussi à faire avec la suspension ce que d’autres constructeurs essaient encore de faire, soit privilégier la tenue de route tout en ne brimant pas le confort. Vous aurez compris que c’est un plaisir de conduire ce Mazda CX-5 GT 2016.

L’ouverture de la portière de mon VUS d’essai révèle de très beaux sièges en cuir blanc. Mazda excelle dans ce type d’aménagement. Les sièges sont confortables, mais j’aurais aimé un peu plus de support latéral. Le confort est aussi bien à l’arrière et l’espace pour les jambes est suffisant. Le tableau de bord ne semble pas avoir changé depuis la dernière fois, mais il y a tout de même quelques détails qui ont été modifiés. Ainsi, le frein à main est maintenant électronique, ce qui prend beaucoup moins d’espace. Vous remarquerez aussi la molette devant les porte-gobelets. Elle sert à contrôler l’écran du système d’infodivertissement. Celui-ci est beaucoup plus convivial qu’auparavant. Les commandes vocales sont aussi très efficaces et programmer une destination dans le système de navigation est très facile à l’aide de quelques phrases. N’essayez pas de « pitonner » sur l’écran pendant que le véhicule est en mouvement, car c’est impossible. Il faut utiliser la molette. C’est un peu déroutant au premier abord, mais ça devient intuitif par la suite.

Le système Mazda Connect est l’un des bons systèmes d’infodivertissement de l’industrie. Outre la radio conventionnelle, on peut écouter la radio satellite, un disque compact (ça, c’est de plus en plus rare!) ou y brancher deux appareils USB. À cet effet, notons que Apple CarPlay et Android Auto ne sont pas offerts. Il faudra donc bientôt que Mazda mette son système à jour. Le système de navigation est très facile à programmer et son fonctionnement est fluide et adéquat. D’ailleurs, même lorsque l’écran est sur une page de musique, le GPS affiche le nom de la prochaine rue transversale. Il fonctionne donc toujours en arrière-plan.

Ce Mazda CX-5 GT 2016 est doté de la climatisation automatique à deux zones. Deux grosses molettes permettent d’ajuster la température désirée. En appuyant sur celle de gauche, la ventilation s’ajustera d’elle-même à la température sélectionnée. Si on appuie sur celle de droite, ça synchronise les deux zones. Sinon, de gros boutons peuvent être utilisés pour ajuster tous les paramètres manuellement, « à l’ancienne ». Les sièges avant sont chauffants et offrent trois degrés de chaleur. S’il faut vraiment trouver quelque chose à redire sur l’aménagement intérieur, disons que les porte-gobelets de la console centrale sont un peu trop installés vers l’arrière.

VUS, ça veut dire véhicule utilitaire sport. Puisque le Mazda CX-5 GT 2016 n’a aucune gêne face à l’adjectif « sport », peut-il être utilitaire? L’espace cargo du Mazda CX-5 se situe dans la moyenne. En ouvrant le hayon, on aperçoit immédiatement le rideau qui éloigne les « ouèreux ». Contrairement à la majorité des autres VUS, le rideau est fixé juste derrière la banquette et sur la face interne du hayon, si bien qu’on n’a jamais à le retirer pour y mettre des choses. Si on veut plus d’espace, on retire facilement ce rideau et on abaisse la banquette arrière divisée 40/20/40. Ce 20 % qui se replie indépendamment des autres sections est utile pour transporter des skis, des hockeys, des « 2x4 » ou tout autre objet long. Avec la banquette complètement rabattue, l’espace est vaste, le plancher est plat et le seuil de chargement n’est pas trop élevé.

Même après quatre années sur le marché, le Mazda CX-5 2016 est encore très intéressant par rapport à la concurrence. Sa silhouette n’a pas pris une ride, son groupe motopropulseur est encore vif et économique et le plaisir au volant est toujours imprégné dans ses gênes. Son habitacle est encore confortable et les matériaux sont de belle qualité. Il faudra bientôt mettre à jour le système d’infodivertissement qui, bien que son fonctionnement soit très bien, commence à prendre quelques rides. Dans le domaine de l’électronique, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers trop longtemps!

Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé du 30 mai au 5 juin 2016.
Météo : du soleil et un peu de pluie, entre 17 et 33 °C.
Modèle essayé : Mazda CX-5 GT Groupe Technologie 2016
Assemblé à Hiroshima, Japon
Existe depuis : 2013          Actuelle génération : 2013
Prix selon www.mazda.ca (5 octobre 2016) :
** GX 2016.5 : 22 995 $
** GS 2016.5 : 29 245 $
** GT 2016.5 : 34 895 $
Prix du modèle essayé : 36 805 $ + taxes
Distance parcourue : 428,2 km (47 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 9,8 L/100 km
** Route : 7,9 L/100 km
** Émissions de CO² : 210 grammes/km
Consommation affichée : 8,4 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 2 100tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 400tours/minute
Véhicule fourni par Mazda Canada
Photos prises à la Ferme Domaine du Parc, Ste-Élisabeth, Québec

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+