Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

05 février 2014

Essai routier: Kia Sorento 2014



Le Kia Sorento est avec nous depuis 2002 et subit sa première révision majeure depuis la refonte de 2010. Toujours construit à l’usine d’assemblage Kia de West Point, en Géorgie, le Sorento suit le courant des utilitaires sport qui se raffinent et deviennent des véhicules très confortables. Même si les changements esthétiques semblent discrets, un coup d’œil plus persistant permet de découvrir un bouclier avant redessiné qui intègre désormais des feux de jour à DEL et des phares antibrouillard revus. La vue de profil n’a pas tellement changé, mais on peut noter l’arrivée de nouvelles roues d’alliage de 17 et 18 pouces. À l’arrière, les changements sont plus marqués puisque Kia a complètement revu les feux arrière, maintenant à DEL. Le hayon est aussi redessiné tout comme le pare-chocs. Malgré l’accent sportif du modèle SX et la présence d’un V6, la sortie d’échappement est toujours unique.

Le Kia Sorento 2014 est offert en trois déclinaisons : LX, EX et SX, le premier pouvant être équipé d’un moteur quatre cylindres ou d’un V6. Un groupe d’équipements Premium est offert pour le modèle LX de base, faisant de celui-ci un modèle luxueux, mieux équipé, mais toujours doté d’un moteur quatre cylindres. La banquette de troisième rangée est en option pour les versions LX-V6 et SX. C’est le seul choix à faire pour acheter un modèle SX puisque celui-ci est tout équipé. C’est aussi ce véhicule qui m’a servi de moyen de transport pendant toute une semaine.

La date de l’essai de ce Sorento est arrivée à point puisque je devais me rendre à Québec pendant cette semaine-là. C’était l’occasion rêvée pour tester le confort de ce gros VUS, de même que sa consommation d’essence sur une longue distance. Et le confort ne manque pas! Les sièges en cuir avant, chauffés et ventilés, sont très confortables, quoique manquant de support latéral. La bonne position de conduite est facile à trouver puisque les baquets s’ajustent facilement, électriquement. L’indicateur de vitesse est le point central de la nacelle des cadrans. Le tachymètre est encastré à gauche alors que la température de l’antigel et la jauge du niveau d’essence sont encastrées à droite. Au centre de l’indicateur de vitesse, un petit ordinateur de bord indique les renseignements importants sur le fonctionnement du moteur. Détail intéressant : l’indicateur de vitesse est, en fait, un écran ACL. Si vous passez le levier de vitesse en mode manuel, les chiffres deviennent inclinés vers la droite, simulant une impression de vitesse. Le graphisme est simple, chiffres blanc sur fond noir. Le volant, également chauffé, possède les commandes les plus souvent utilisées sur son moyeu : système sonore à gauche, régulateur de vitesse à droite, téléphone en bas à gauche et ordinateur de bord en bas à droite. De plus, il est possible de changer la réactivité de la direction selon trois modes : Confort, Normal et Sport. Le mode Sport est le plus intéressant.

Un coffre à gants de bonnes dimensions, un petit coffre et de petits vide-poches entre les deux sièges avant sont très utiles pour y mettre vos menus objets. Vous aurez peut-être remarqué un commutateur identifié « AC 115V ». Il sert à activer une prise de courant disponible pour les passagers arrière. Très utile, elle m’a permis de recharger mon téléphone cellulaire.

Le bloc central est occupé en grande partie par le système d’infodivertissement. Il ne s’agit pas du système UVO puisque celui-ci n’est pas offert avec le système de navigation GPS. Son gros handicap est que les commandes vocales sont plus limitées. Pour le reste, la sonorisation (AM/FM/CD/Sirius/iPod/audio Bluetooth) fonctionne à merveille. Le GPS est facile à programmer et les indications sont claires. L’écran central sert aussi de moniteur pour l’image de la caméra de recul. Plus bas, les commandes de la climatisation bizone, très efficace, qu’on n’ajuste qu’une seule fois et elle fait le travail par la suite. Soulignons les rétroviseurs extérieurs qui se replient automatiquement dès que le moteur est arrêté. Pendant qu’on parle de rétroviseurs, notons une visibilité de ¾ arrière plutôt déficiente en raison d’un pilier D très large. La petite glace entre les piliers C et D n’aide pas vraiment. Le détecteur de véhicule dans l’angle mort peut aider, mais il sera inutile dans un stationnement, par exemple.

Les passagers arrière ne seront pas en reste puisque leur environnement est aussi confortable et luxueux. Et ils ont également droit aux sièges chauffants! Ils ont des buses de ventilation et amplement d’espace pour les jambes. Des pare-soleil sont intégrés à l’intérieur des portières sur tous les modèles.

La soute à bagages profite du fait que le modèle SX testé n’était pas une version sept passagers. C’est que l’espace normalement comblé par la banquette de troisième est maintenant libre. Si vous baissez la banquette centrale, divisée 60/40, vous obtenez un grand espace de chargement avec plancher presque plat et seuil de chargement relativement bas. Toutefois, vous pouvez retirer une partie du plancher et avoir un espace encore plus grand. J’oserais dire que c’est presque aussi grand que dans une fourgonnette.

Deux moteurs peuvent se retrouver sous le capot du Kia Sorento 2014. D’abord, le moteur quatre cylindres à injection directe de 2,4 litres et ses 191 chevaux ainsi que ses 181 livres-pied de couple. Puis, le V6 de 3,3 litres, également à injection directe. Celui-ci produit 290 chevaux à 6 400 tours/minute de même que 252 lb-pi de couple à 5 200 tr/min. Les deux moteurs font confiance à la même transmission automatique à six rapports avec mode manuel Steptronic. Elle est agréable à utiliser, sauf le mode manuel beaucoup trop lent pour qu’il soit intéressant. Un mode active ECO est offert. J’ai essayé de l’activer et de le désactiver et j’ai ressenti très peu de changement dans les performances. Même chose pour la consommation d’essence qui est tout de même restée élevée, même avec l’active ECO enclenché la majorité du temps.

Les freins sont à disques ventilés à l’avant et à disques pleins à l’arrière, l’antiblocage étant inclus dans toutes les versions. Le freinage était puissant et facilement modulable. La suspension est indépendante aux quatre roues. Aucune mauvaise réaction de la suspension n’est venue briser la quiétude de l’habitacle. La direction est assistée électriquement, seul le modèle SX étant doté de la direction Flexsteer ajustable. Si vous choisissez un modèle qui ne possède pas cette direction, ne vous sentez pas coupable. On peut très bien se passer de ce gadget inutile.

Pour ce qui est du compte-rendu du trajet vers Québec, le Kia Sorento 2014 s’est révélé très confortable au point où on peut s’imaginer facilement dans un véhicule beaucoup plus cher. Il est vrai que la version SX n’est pas donnée, mais elle offre presque tous les équipements d’une voiture de luxe. L’insonorisation est parfaite et le toit panoramique laisse entrer les doux rayons du soleil à la grandeur de l’habitacle. Même sur autoroute, sa consommation est toutefois demeurée élevée, au-dessus des 9,0 L/100 km.

C’est dommage que je n’aie pas essayé la version avec moteur quatre cylindres, car la LX Premium semble être très bien équipée pour un prix plus raisonnable. Pour les acheteurs qui veulent un VUS confortable, silencieux et spacieux, sans devoir prendre une deuxième hypothèque sur leur maison, c’est peut-être la solution idéale.

Venez donner votre opinion sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Vous n’avez qu’à cliquer sur « J’aime » pour y avoir accès!

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé du 21 au 28 octobre 2013.
Météo : beaucoup de pluie, peu de soleil, entre 0 et 10 °C.
Modèle essayé : Kia Sorento SX 2014
Assemblé à West Point, Géorgie, États-Unis
Prix selon www.kia.ca (5 février 2014) :
** LX : 26 695 $
** LX Premium : 31 695 $
** LX-V6 : 29 495 $
** EX-V6 : 34 195 $
** SX-V6 : 40 595 $
Prix du modèle essayé : 40 595 $ + frais et taxes
Distance parcourue : 1 264,9 km (63 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 11,9 L/100 km (13,4 selon les nouvelles normes 2015)
** Route : 8,4 L/100 km (9,9 selon les nouvelles normes 2015)
** Émissions : 237 grammes/km
Consommation dans la vraie vie : environ 10,5 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 800 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute
Véhicule fourni par Kia Canada.
Photos prises à Joliette, Québec.

1 commentaire:

Michel Murray a dit...

Je vien de. Faire l'achat d'un. Kia sorento 2014 avec toit panoramique et je peux vous dire que je suis très déçue de l'insonorisation de ce véhicule tant qu'au reste c'est très bien

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+