Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

08 octobre 2013

Essai routier: Honda Civic 2013




Mon dernier essai d’une Honda Civic remonte à 2006.  Dans le monde de la voiture compacte canadienne, c’est une éternité.  Je me souviens toutefois que j’avais apprécié ce cours essai réalisé chez un concessionnaire.  Après six ans d’excellentes ventes qui l’ont maintenue en tête du classement, Honda a renouvelé la Civic en 2012.  Il n’est jamais facile de relancer un best-seller.  Et Honda s’est plantée.  Une silhouette à peine changée, plus fade, des matériaux intérieurs plus « bas de gamme ».  Les amateurs se sont plaints.  Consumer Reports l’a retirée de ses achats recommandés.  Si bien qu’Honda a annoncé, quelques semaines plus tard, qu’elle allait redessiner la Civic pour 2013, seulement quelques mois après l’avoir fait!

Cette fois-ci, c’est mieux.  La silhouette est encore facilement reconnaissable, mais Honda a retravaillé la calandre, eu le coup de crayon heureux pour les feux arrière et ajouté du chrome ici et là.  Bingo!  Tout le monde aime, Consumer Reports aussi et la Civic conserve sa place en tête des palmarès de ventes.

Lors de sa refonte de 2006, la Civic était spectaculaire.  La carrosserie très profilée faisait penser à un coupé quatre-portes.  Elle faisait passer ses adversaires pour des dinosaures.  Aujourd’hui, cette silhouette est plus courante et la refonte de 2013 ne génère plus les commentaires élogieux de 2006.  Par contre, certaines parties de la carrosserie suscitent de bons commentaires.  Par exemple, les deux barres transversales chromées de la calandre, l’une en U, l’autre qui relie les deux phares antibrouillard, affinent la partie avant en plus de la différencier des générations précédentes.  Même chose pour les feux arrière, plus songés, eux aussi reliés par une barre chromée.  Une impression de luxe à petit prix.

Cinq modèles composent la gamme Civic 2013.  DX, LX et EX sont les lettres choisies pour les différencier.  Le modèle luxueux se fait appeler Touring tandis que le modèle Si, bien connu, est de retour.  Toutefois, je ne parlerai pas de celui-ci, car il se situe dans une classe à part.  J’ai eu la chance d’essayer le modèle haut de gamme Touring, avec tout ce qu’il peut posséder en équipement.  Un équipement très luxueux qu’on s’attendrait plutôt à retrouver dans une Accord.

L’accès à l’habitacle est facile.  L’espace est suffisant à l’avant et un peu juste pour les jambes à l’arrière.  Alors que le support latéral est inexistant sur la banquette arrière, il est dans la moyenne à l’avant.  Le revêtement en cuir est de belle qualité.  Les propriétaires actuels d’une Civic ne seront pas dépaysés.  Le tableau de bord se présente encore sur deux étages, avec l’indicateur de vitesse tout près du pare-brise.  C’est sûr que l’effet de surprise est passé, mais cette disposition est drôlement efficace.  Pour les voyageurs comme moi, il est facile de passer des km/h aux milles à l’heure à la simple pression d’un bouton afin de traverser la frontière américaine.  De chaque côté de l’indicateur de vitesse numérique se trouvent deux lignes bleues devenant vertes si votre conduite est écoénergétique.  Complètement à droite, un petit écran rectangulaire peut afficher les renseignements sur le système audio, sur la consommation d’essence ou, tout simplement, une horloge analogique. Des commandes sont intégrées au volant : régulateur de vitesse à droite, système audio et info à gauche ainsi que les commandes Bluetooth un peu plus bas.  Le design est bien pensé et ces commandes sont faciles à utiliser et à comprendre. 

Mon véhicule d’essai était pourvu d’un système de navigation GPS Honda.  Lors d’un précédent essai sur un CR-V, ce GPS m’avait fait dire des mots pas très gentils.  Honda semble avoir fait une partie de ses devoirs.  Les cartes sont claires, quoique quelques noms de rue soient parfois difficiles à lire, dépendant de l’angle dans lequel se trouve le curseur.  Le guidage s’est amélioré et le GPS ne vous laisse plus seul s’il ne connait pas la route que vous empruntée.  Tout au plus, il vous annonce que le secteur n’a pas été vérifié.  Alors, pourquoi affiche-t-il ces routes?  Mystère!  Il y a encore de l’amélioration possible sur ce système de navigation, mais Honda est sur la bonne voie. 

Le grand écran de la console centrale sert aussi pour la caméra de recul.  Celle-ci propose trois angles: normal, en plongée et grand angle.  L’image en plongée sera très utile si vous pensez tracter une remorque.  Le système audio, lui aussi passablement revu par Honda, s’est révélé sans reproche.  La sonorité est excellente.  La meilleure façon d’écouter un iPod est de le brancher par USB dans le compartiment central, entre les baquets avant.  Il y a aussi, à cet endroit, une prise 12V.  Une autre prise 12V est située devant le levier de vitesses, à côté de la prise AUX.  Sous l’écran, les commandes de ventilation, automatique dans le modèle Touring, sont composées de bouton-poussoir et de deux molettes, faciles à manipuler.  La ventilation automatique est discrète et efficace.  Tout juste en dessous sont placées les commutateurs des sièges chauffants.  Tout le bloc central est légèrement tourné vers le conducteur, facilitant sa consultation et la manipulation des commandes.

La visibilité est très bonne vers l’avant.  Vers l’arrière, le conducteur profite de grands rétroviseurs extérieurs auquel Honda a légèrement recourbé le côté extérieur afin de diminuer l’angle mort.  C’est une solution simple et peu couteuse qui nécessite un peu d’attention du conducteur, mais j’imagine qu’après quelques mois au volant, cette solution doit valoir certains gadgets électroniques de la concurrence.  La visibilité de ¾ arrière est moins parfaite parce que le pilier C est assez imposant et recourbé.  Il faut un peu plus de prévoyance lors des changements de voie.  Le coffre est logeable, mais le seuil de chargement est un peu haut.  Il est possible abaisser la banquette, divisée 60/40, afin d’agrandir l’espace.  Dommage toutefois que l’ouverture ainsi créée ne soit pas plus grande.  Dommage aussi qu’Honda n’ait pas pensé à installer une poignée pour refermer le couvert du coffre.  Au mieux, on peut se servir de l’endroit où se trouve la poignée d’urgence pour tirer le couvert.

S’il y a un domaine où Honda excelle, c’est en matière de groupe propulseur.  Son retour en Formule Un dans quelques années en est un bel exemple.  La Civic 2013 est propulsée par un quatre cylindres de 1,8 litres produisant 140 chevaux à 6 500 tours/minute et un couple de 128 livres-pied à 4 300 tours/minute.  Il n’est pas pourvu de l’injection directe et c’est malheureux puisque, ça lui aurait probablement fourni un peu plus de couple et une meilleure économie d’essence.  La boîte automatique que j’ai testée, de même que la boîte manuelle offerte sur les autres déclinaisons, ont cinq rapports.  Seul le modèle Si a droit à une boîte manuelle à six rapports.  Cette transmission automatique a un fonctionnement très doux et le fait qu’il lui manque un sixième rapport ne me chagrine pas.  Tout au plus, on aurait pu sauver, encore ici, quelques gouttes d’essence supplémentaires.  Les freins sont à disques aux quatre roues, quoique les modèles DX et LX doivent se contenter de tambours à l’arrière.  Leur efficacité est très bonne en conduite normale.  La suspension est indépendante aux quatre roues.  Elle est parfois ferme, mais ça procure une excellente tenue de route.  Les pneus de 17 pouces à profil bas sont également être mis à contribution.  DX et LX sont équipés de 15 pouces et les EX profitent de 16 pouces. La direction à assistance électrique est bien dosée et s’adapte au mouvement.

La Honda Civic est un classique.  Elle est au Canada depuis 40 ans!  Peu de voitures peuvent se vanter d’être présentes sur le marché depuis aussi longtemps. Et, visiblement, vous appréciez sa présence, car elle est en tête des ventes canadiennes depuis 15 ans.  La fiabilité du moteur de 1,8 litre compense probablement pour l’absence d’injection directe, une technologie utilisée par plusieurs concurrentes. La Honda Civic, dans son nouvel habillage Touring, est impressionnante par son niveau de luxe, mais elle ne peut jouer la grande dame à cause de l’espace plus restreint pour les jambes à l’arrière.  Pour un équipement minimal selon les critères d’aujourd’hui, vous devrez probablement éviter la DX. C’est à prendre en considération lors de vos comparaisons.

L'opinion féminine... de Martine

Sa réputation n'est pas surfaite. Économique, belle et conduite en douceur, encore une fois, Martin Matte avait raison! 

Partagez votre opinion sur le forum d’Essauto en cliquant ici.

Toutes les photos sont sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca.  Vous n’avez qu’à cliquer sur « J’aime » pour y avoir accès!

Essai réalisé précédemment : Honda Civic 2006

Conditions de l’essai

Réalisé du 8 au 15 juillet 2013.
Météo: beaucoup de soleil, une journée pluvieuse, entre 15 et 33 C.
Modèle essayé : Honda Civic Touring 2013
Assemblé à Alliston, Ontario, Canada
Prix selon www.honda.ca (8 octobre 2013) (modèle 2014) :
** DX : 15 440 $
** LX : 18 245 $
** EX : 20 245 $
** Touring : 24 900 $
** Si : 26 250 $
Prix du modèle essayé : 26 510 $ taxes incluses
Distance parcourue : 729,4 km (27 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 7,1 L/100 km
** Route : 5,0 L/100 km
** Émissions de CO² : 2 852 kg/année
Consommation dans la vraie vie: 7,1 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 2 000 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute
Véhicule fourni par Honda Canada.
Photos prises à Joliette, Québec

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+