Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

09 mai 2013

Essai routier: Nissan Rogue 2013



Le Nissan Rogue est un petit véhicule utilitaire sport populaire au Canada.  Il est aussi populaire dans la gamme Nissan, puisqu'il se retrouve souvent en tête des ventes mensuelles du constructeur.  Son format est idéal, sa consommation est raisonnable et il est confortable.  Et les Canadiens semblent l'avoir compris.

Personnellement, c'est la deuxième fois que je monte à bord d'un Rogue pour un essai routier.  La première fois remonte à 2009.  La petit utilitaire m'avait plu en raison d'une conduite sans surprise et d'un bon confort.  Il n'a pas beaucoup changé depuis ce temps.  Bien que Nissan l'ait annoncé l'an dernier comme étant “redessiné”, il faut être particulièrement perspicace pour trouver des changements.  Un indice: regardez au niveau des phares antibrouillard.  Pour le reste, à mes yeux, c'est identique!

Le Nissan Rogue 2013 est offert en trois niveaux d'équipements: S, SV et SL, les deux premiers pouvant être livrés autant en traction avant qu'en traction intégrale.  Une autre version s'ajoute, la Special Edition (ou SE), qui ajoute de l'équipement supplémentaire à la version S à traction intégrale.  Ainsi, la version SE est doté de roues en alliage d'aluminium de 16 pouces, d'un toit ouvrant électrique, de phares antibrouillard, de glaces intimité, d'une clé intelligente et d'un couvre-bagages.  J'ai bien l'impression que cette version spéciale laisse présager une refonte complète très bientôt!

En attendant, analysons le modèle actuel sous toutes ses coutures.  D'abord, l'habitacle est spacieux et il y a amplement d'espace pour les jambes autant à l'avant qu'à l'arrière.  Les sièges avant sont confortables, quoiqu'il faille leur ajouter un peu de support latéral.  À l'arrière, le support latéral est inexistant.  La nacelle des cadrans est probablement ce qu'il y a de mieux dans tout le design du tableau de bord.  Sous une demi-lune, ressemblant vaguement à une large palette de casquette, se trouve deux énormes cadrans dont le contour est légèrement incliné vers l'avant.  Deux petits indicateurs, température de liquide de refroidissement du moteur et niveau du réservoir d'essence, ont été intégrés aux énormes tachymètre et indicateur de vitesse.  Au centre de ces cadrans, un ordinateur de bord bien conçu qui donne beaucoup de données sur le fonctionnement du moteur.  Ses caractères blancs sur fond noir sont très facilement lisibles. 

Le design du volant ne laisse aucun doute sur la provenance du véhicule, car il ressemble à ce qu'on trouve dans d'autres camions du constructeurs.  Les commandes du système audio, de la connectivité Bluetooth et du régulateur de vitesse sont judicieusement placées autour du moyeu du volant et facilement à utiliser.  C'est au niveau du bloc central que ça se gâte.  Malgré des buses de ventilation rondes qui “égaient” le design, je ne peux m'empêcher que regarder ce système audio tout d'un bloc.  On dirait que Nissan a appelé son fournisseur de radio et lui a dit: “Fais-nous une radio carrée, on va faire un trou dans le bloc central de tous nos modèles et fais nous un bon prix, on va-t’en acheter tout un lot!”  Sérieusement, ce système audio n'a pas sa place dans ce VUS, on dirait une radio acheté chez le détaillant du coin.  Quant à son fonctionnement, il se débrouille bien , mais, avec tous les gadgets électroniques d'aujourd'hui, un petit écran de 4 pouces, où on peut y afficher un menu, aurait été beaucoup plus efficace.  Rien à redire sur la sonorité toutefois.  AM/FM/CD/MP3 et iPod s'écoutent très bien. 

Sous l'autoradio, les commandes de la ventilation n'offrent pas, elles aussi, de joie de vivre.  La climatisation est toutefois efficace, car il n'y a jamais eu de buée dans les vitres.  Entre les deux baquets, il y a un coffre de rangement de bonne dimension à l'intérieur duquel se trouvent une autre prise de 12V et la prise USB.  J'ai rarement vu un coffre à gants aussi profond.  Loin de se contenter d'une paire de gants, vous pourrez y engouffrer les mitaines de toute la famille!  L'éclairage nocturne est aussi perfectible puisque plusieurs commandes ne sont pas éclairées, notamment celles des glaces électriques.

La soute à bagages est l'un des points positifs du Nissan Rogue 2013.  L'espace est de bonne dimension.  La banquette arrière, divisée 60/40, permet d'agrandir considérablement l'espace tout en offrant un plancher presque parfaitement plat.  Difficile à battre. 

Mécaniquement, le Rogue 2013 est le même que le Rogue 2009.  Mais attention, il ne faut pas se fier aux apparences.  Dans mes souvenirs de 2009, je me rappelle un Rogue qui offrait de bonnes performances et d'une transmission CVT qui gérait très bien la puissance du moteur.  En 2013, les organes mécaniques sont les mêmes.  Le moteur est un quatre cylindres de 2,5 litres à double arbre à cames en tête et 16 soupapes produisant 170 chevaux à 6 000 tours/minute avec un couple de 175 livres/pied à 4 400 tr/min.  La transmission est à rapports continuellement variables (Xtronic CVT), tout comme en 2009.  Les sensations devraient être les mêmes.  Erreur!  En conduite normale, c'est bien, mais lorsqu'on veut doubler un autre véhicule, il faut faire hurler le moteur ce qui, vous vous en doutez bien, est particulièrement désagréable.  Et je n'ai pas trop compris le fonctionnement du mode Sport qui ne fait qu'augmenter le régime du moteur, mais les performances n'en sont pas améliorées.  Alors, que s'est-il passé entre 2009 et 2013?

J'ai peut-être une explication (c'est la mienne, pas celle de Nissan).  Les chiffres expliquent parfois bien des choses.  En 2009, la consommation du Rogue pendant l'essai avait été de 10,7 L/100 km, alors qu'en 2013, elle a baissé à 9,3 dans les mêmes conditions!  1,4 litre aux 100 km de moins!  La transmission CVT a probablement été reprogrammée afin que le moteur soit plus économe en carburant gommant ainsi les performances de celui-ci.

Sous le véhicule, les freins sont à disques ventilés aux quatre roues.  Leur dosage est facile et leur efficacité sans reproche.  Le dispositif de freinage antiblocage (ABS), la répartition électronique de la force de freinage (EBD) et l'assistance au freinage (BA) sont en équipement de série.  La suspension est indépendante aux quatre roues, à jambe de force à l'avant et multibras à l'arrière.  Ça ne permet pas de faire des randonnées hors-route (le Rogue n'a d'ailleurs pas été conçu à cet effet) et ça ne permet pas de faire de la course, mais en conduite normale, pour aller faire les courses, c'est excellent.  Le Rogue 2013 roule sur des pneus Continental 4x4 Contact de 215/70R16.  Si vous y mettez le prix en choisissant un modèle plus équipé, vous aurez droit à des jantes de 18 pouces.

Le Nissan Rogue 2013 ne peut plus compter sur ses lignes dérivées du Murano pour se démarquer.  La concurrence est maintenant féroce dans cette catégorie.  Les Ford Escape et Chevrolet Equinox peuvent en mettre plein la vue avec tous leurs gadgets électroniques.  La Mazda CX-5 acquiert des adeptes avec sa nouvelle technologie SKYACTIV.  Le Toyota RAV4 vient tout juste d'être mis au goût du jour.  Et c'est sans compter les Tiguan, CR-V, Sportage et autres Tucson.  Tous des modèles qui ont évolués depuis mon essai du Rogue 2009.  Il reste à Nissan à revamper son Rogue sinon, ses jours sont comptés.  Pourquoi pas un Rogue hybride?  Ça prendrait tout le monde par surprise!  Dans la liste de tous les concurrents que j'ai énumérés, il n'y en a aucun.

Je sais que Nissan est capable de rebondir.  Je me donne donc rendez-vous avec le Rogue 2017!

Questions, commentaires, opinions?  Venez discuter du Nissan Rogue sur le forum de Passion Automobile en cliquant ici.

Essai réalisé précédemment : NissanRogue 2009

Conditions de l’essai

Réalisé du 25 mars au 2 avril 2013.
Météo: Que du soleil, sauf un peu de pluie la journée de la prise des photos, entre -7 et 9 C.
Modèle essayé : Nissan Rogue Special Edition 2013
Prix selon www.nissan.ca (6 mai 2013) :
** S : 23 798 $
** SV : 26 678 $
** S AWD : 26 778 $
** SV AWD : 29 478 $
** SL AWD : 34 398 $
Prix du modèle essayé : 30 162,20 $ + taxes
Distance parcourue : 777,8 km (26 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 9,6 L/100 km
** Route : 7,7 L/100 km
** Émissions de CO² : 4 048 kg/année
Consommation dans la vraie vie: 9,3 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 750 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 000 tours/minute
Véhicule fourni par Nissan Canada.
Photos prises au Parc Industriel de Notre-Dame-des-Prairies, Québec.

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+