Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

06 mai 2015

Essai routier: Kia Sedona 2015

Kia Sedona 2015
En 1984, Chrysler révolutionne le marché automobile en lançant l’Autobeaucoup, celle qui se nommait alors Dodge Caravan. Ce fut tellement une révolution que l’arrivée de la minifourgonnette a mis fin à la présence des familiales. La concurrence n’était pas prête et Chrysler a pu dominer le marché toute seule pendant quelques années. Elle domine encore les ventes aujourd’hui, mais c’est plus en raison du prix qu’à cause de ses qualités réelles.

Puis, les minifourgonnettes se sont mises à faire de l’embonpoint. Les versions allongées, qui étaient l’exception au début, sont devenues la norme et le préfixe « mini » a été mis aux ordures. Ford abandonne la catégorie en 2007, suivi peu de temps après par General Motors. Le déclin des fourgonnettes est bien enclenché, mais quelques constructeurs persévèrent. Aujourd’hui, il ne reste plus que quatre protagonistes dans ce segment du marché : Honda Odyssey, Toyota Sienna, Dodge Grand Caravan (et sa version Chrysler Town & Country) ainsi que ma vedette du jour, la Kia Sedona.

Kia n’a jamais visé le marché des bas prix. La deuxième génération de la Sedona visait le haut du marché avec un prix de départ autour des 30 000 $. Même si je pense que Kia a pensé à quitter le marché (la Sedona a quitté brièvement la scène en 2013), elle revient de belle façon en 2015. Son design est moins utilitaire même si c’est difficile de rendre une « boîte » excitante. Elle reprend quelques éléments Kia comme la calandre en nez de tigre et des phares intégrant des diodes électroluminescentes.

Quatre niveaux d’équipement composent la gamme Sedona : L, LX, SX et SXL. Fidèle à son habitude, Kia m’a permis d’essayer la version tout en haut de la gamme, la SXL+, une fourgonnette qui est beaucoup plus près de l’idée qu’on se fait d’une limousine que d’un fourgon utilitaire.

C’est ainsi que cette Kia Sedona SXL+ 2015 gâte ses passagers. Deux sièges recouverts de cuir très confortables à l’avant, chauffés ou climatisés, tout comme le volant. Au centre, les sièges capitaines sont sur rails et peuvent être reculés de plusieurs centimètres. De plus, vous pouvez basculer le dossier vers l’arrière et élever une tablette devant le siège vous permettant ainsi de vous étendre les jambes. Une vraie limousine, je vous dis! Quant à la banquette de troisième rangée, son accès n’est pas trop difficile, son confort est acceptable pour de petites randonnées, mon seul reproche étant qu’il est difficile de boucler la ceinture de sécurité lorsqu’on y est assis.

Le tableau de bord ressemble beaucoup à celui d’une Kia Optima boostée aux stéroïdes. Il est imposant comme celui d’une bonne grosse vieille voiture américaine. Blague à part, tout est bien placé et facilement manipulable, sauf peut-être une série de commutateurs situés à gauche du volant et voilés par celui-ci. Toutefois, il s’agit de boutons permettant de désactiver certaines aides à la conduite et il n’y a rien là d’essentiel à la conduite.

L’instrumentation est très claire, les chiffres étant blancs sur fond noir. Entre les deux cadrans se trouve un petit ordinateur de voyage qui peut afficher une quantité impressionnante d’informations. C’est aussi à partir de cet écran que vous pouvez régler plusieurs paramètres de la fourgonnette. Un petit détail qui m’agace : la consommation moyenne d’essence se réinitialise chaque fois qu’on fait le plein. C’est dommage si on cherche à savoir la consommation moyenne d’un trajet de voyage, par exemple.

Plusieurs commandes sont intégrées au volant, l’audio et le Bluetooth à gauche ainsi que le régulateur de vitesse adaptatif à droite. Celui-ci s’adapte à la vitesse du véhicule qui se trouve devant vous si celui-ci roule moins vite que la vitesse programmée. Quatre distances entre votre véhicule et celui qui vous précède peuvent être choisies. La seule qui me convient est la plus courte. Ce qui me dérange, c’est que lorsqu’on clignote pour doubler le véhicule, le régulateur de vitesse devrait commencer à accélérer, présumant que l’on change de voie. Celui de Kia n’accélère que lorsque le système ne voit plus le véhicule devant. C’est difficile de l’expliquer en mots, mais la sensation n’est pas agréable.

Au centre de la planche de bord, le grand écran du système d’infodivertissement de Kia. Pour ce qui est du système audio, j’ai testé la radio FM, XM, la lecture de disques compacts normaux et MP3 ainsi que le branchement d’un iPod et tout fonctionne à merveille. Il s’agit, par exemple, de dire « FM 105.7 » pour que le système se dirige vers cette station. Concernant le système de navigation GPS, il est tout aussi performant et les commandes vocales sont on ne peut plus claires. Il s’agit de dire l’adresse pour que le système vous indique le chemin le plus court. Seul bémol, on ne peut lui intégrer les conditions de la circulation. On pourrait aussi reprocher à Kia de ne pas offrir de système DVD ou Blu-Ray pour les passagers arrière. Kia a préféré se concentrer sur des équipements qui offrent plus de valeur au véhicule.

L’écran central est aussi l’endroit où vous pourrez visionner tout le périmètre de votre véhicule. En effet, grâce à quatre caméras installées dans la calandre, les rétroviseurs extérieurs et le hayon, il est possible de voir tout ce qu’il y a autour de la fourgonnette. Donc, malgré ses dimensions importantes, la Sedona 2015 est très facile à stationner en parallèle le long du trottoir.

Cette Kia Sedona SXL+ propose trois zones de climatisation : conducteur, passager et arrière. Les passagers arrière peuvent d’ailleurs ajuster eux-mêmes leur propre climatisation automatique grâce aux commandes numériques situées à la deuxième rangée, côté passager. Lorsqu’elle est ajustée à la température désirée, presque plus besoin d’y toucher. Les rangements sont omniprésents et on peut souligner le fait qu’il y a deux coffres à gants en plus d’un énorme coffre entre les deux sièges où se trouve une prise 12V et une prise USB pour recharge seulement.

Passons maintenant au salon! Malheureusement, la présence des deux sièges sur rails empêche Kia d’offrir des sièges chauffants arrière et ils ne peuvent se relever pour agrandir l’espace de chargement. Toutefois, les versions moins équipées avec trois places au centre peuvent offrir ces options. Si vous comptez bien, ça veut dire que certaines versions proposent de l’espace pour huit personnes. Si la banquette arrière ne vous est d’aucune utilité, vous pouvez la ranger dans le plancher.

Parlons un peu de cette banquette. Je vais d’ailleurs la comparer à celle de Honda. Dans l’Odyssey, vous pouvez la rabattre dans le plancher en tirant sur le dossier puis en pliant l’assise de la banquette par-dessus. C’est simple, facile et ça ne nécessite aucune force particulière. Le dispositif de Kia est plus compliqué. Il faut rabattre le dossier, puis tirer sur une poignée et lever légèrement le siège pour entrer l’assise entre en premier dans le plancher. Pour sortir la banquette du plancher, il faut vraiment lever le siège pour qu’il aille se verrouiller aux ancrages dans le plancher, puis relever le dossier à l’aide d’une ganse. Disons que c’est plus difficile à comprendre et qu’on doit user d’un peu plus de force.

C’est bien beau tout ce luxe, mais encore faut-il que la mécanique puisse suivre la parade. Le groupe Hyundai-Kia a dans sa liste de motorisations un excellent V6 de 3,3 litres pourvu de l’injection directe produisant 276 chevaux. Son fonctionnement est doux et, compte tenu du poids à déplacer, ses performances ne sont pas si mal. La boîte automatique Sportmatic compte six rapports et le conducteur peut même changer les rapports lui-même grâce au mode séquentiel. Avec son couple de 248 livres-pied, la Sedona peut d’ailleurs tracter 3500 livres avec l’équipement nécessaire.

Comment se comporte-t-elle sur la route? Avec douceur. Malgré toute la bonne volonté de Kia, ou de tout autre constructeur, on ne fait pas une voiture sport avec une fourgonnette. Les accélérations sont bonnes puisque le moteur est vif et que la transmission passe les rapports en douceur. Toutefois, il ne faut pas trop la pousser en virage même si la Sedona fait bon usage de sa suspension arrière indépendante, plutôt qu’à essieu rigide. Les freins sont à disques aux quatre roues et il est évident qu’ils auront du pain sur la planche pour arrêter la Sedona, ses huit passagers et leurs bagages. Soulignons que la grande Kia fait osciller la balance à un peu plus de deux tonnes.

Même si la Kia Sedona 2015 ne révolutionne rien en matière de tenue de route, on peut dire mission accomplie chez Kia. La version haut de gamme SXL+ est littéralement une limousine. Ce serait très surprenant et inattendu que la grande fourgonnette du constructeur coréen relance le segment des fourgonnettes, mais il est indéniable qu’elle talonne les ténors de la catégorie. En tout cas, en tant que conducteur d’une fourgonnette et grand voyageur routier, je n’hésiterais pas à la mettre sur ma liste d’achats potentiels. Si seulement mes enfants étaient encore jeunes…

Venez donner votre opinion sur la page Google+ ou Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!

Conditions de l’essai

Réalisé 30 mars au 6 avril 2015.
Météo : ensoleillé, un peu de pluie et de neige, entre -12 et 10 °C.
Modèle essayé : Kia Sedona SXL+ 2015
Assemblée à Sohari, Corée du Sud
Prix selon www.kia.ca (27 avril 2015) :
** L : 29 210 $
** LX : 31 710 $
** LX+ : 34 110 $
** SX : 37 310 $
** SX+ : 37 710 $
** SXL : 42 710 $
** SXL+ : 47 710 $
Prix du modèle essayé : 48 025 $ + taxes
Distance parcourue : 1024,3 km (98 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 14,2 L/100 km
** Route : 10,5 L/100 km
** Émissions de CO² : 288 grammes/km
Consommation affichée : 10,3 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 1 800 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 100 tours/minute
Véhicule fourni par Kia Canada
Photos prises à Joliette, Québec

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+