Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

04 juillet 2010

Une expérience d'achat difficile!

Un courriel d'un lecteur m'a donné le goût de vous donner des conseils. Pour ceux qui me lisent depuis un certain temps, vous savez que j'ai subi une expérience d'achat de voiture usagée très désagréable. J'ai eu peur à l'époque que ma vengeance prenne le dessus alors je n'ai rien écrit. Avec le recul, je crois maintenant que je peux vous donner de bons conseils.

Novembre 2007. Ma vieille Mercury Villager 1995 commence à perdre son antigel par la pompe à eau. Comme la fourgonnette a presque 400 000 kilomètres au compteur, on décide, moi et mon épouse, de changer de voiture. Mais le temps presse. Nous pourrons difficilement fonctionner avec un seul véhicule et nous optons pour une usagée. Premier conseil: bien réfléchir à ce que l'on veut. Nous optons pour une autre fourgonnette, avec lecteur DVD et air climatisé. À la recherche du véhicule idéal, je me branche au site Occasionenor.com, un site qui regroupe tout l'inventaire de plusieurs concessionnaires du Québec.

Après avoir trouvé la supposée perle rare à une centaine de kilomètres de chez moi, nous nous sommes rendu à cet endroit un vendredi après-midi. Deuxième conseil: choisissez un endroit près de chez vous. Si vous avez des problèmes par la suite, vous serez plus près pour vous plaindre. J'avais fait imprimer l'annonce et j'avais donc tous les renseignements sur la fourgonnette. Troisième conseil: vérifiez que tout ce qui est inscrit sur l'annonce y est vraiment, ce que, vous l'aurez deviné, je n'ai pas fait! Le lecteur DVD était en fait un lecteur VHS. Après discussion, nous avons décidé de faire abstraction de ce détail. Par la suite, j'ai vu plusieurs égratignures sur le pare-chocs arrière. Le vendeur m'a assuré qu'il pouvait m'en débarasser et qu'il s'en chargerait personnellement. Essai routier de quelques minutes et retour pour la négociation.

Le vendeur étant limité sur la négotiation, il demande au gérant des ventes ce qu'il peut nous offrir. Celui-ci a un air arrogant. Étant tous les deux mal à l'aise, ma femme et moi aurions pu quitter immédiatement. Quatrième conseil: si vous n'êtes pas à l'aise avec le vendeur, ne faites pas l'achat. Vous le regretterez!

Le vendeur me montre une feuille d'inspection en plusieurs points réalisée par le garage. Cette feuille est inutile puisqu'il est facile de faire des X partout sans avoir inspecté quoi que ce soit. Le concessionaire réussit à nous préparer le véhicule en quelques heures pour que nous puissions repartir avec la fourgonnette le jour même.

Le lendemain samedi, à la maison, je m'aperçois au soleil que les égratignures ne sont pas disparues. De plus, plusieurs équipements inscrits sur l'annonce sont absents: pas de sièges chauffants, pas de siège électrique côté passager. De plus, l'une des deux clés n'est pas bien programmée et ne fonctionne qu'une fois sur trois.

Ayant perdu confiance en ce véhicule, je me dis que j'ai dix jours pour annuler le contrat. Erreur! Après vérification avec l'Office de Protection du Consommateur, on me dis que c'est une légende et que, dans ma situation, je n'ai que trois jours ouvrables pour annuler. J'appelle donc le gérant des ventes le lundi pour lui dire que je ne suis pas satisfait et qu'il y avait de la fausse publicité dans son annonce.

C'est à ce moment qu'il a commencé à m'insulter et que, si je lui rapportais le véhicule, il allait me pousuivre en justice. Après vérification avec un avocat, on me dis que même si la loi est de mon côté, je dois me préparer à me défendre en cours. Voulant éviter les problèmes, je rappelle le gérant qui me dis qu'il est prêt à reprogrammer ma clé et faire des retouches pour les égratignures. Je dois lui laisser la fourgonnette quelques jours et il me prête une voiture de courtoisie vide d'essence. Bravo!

Finalement, le gérant n'a jamais fait les retouches. Seule la clé a été reprogrammée. Quelques semaines plus tard, étant donné la consommation élevée du véhicule, nous avons découvert que le couvert du distributeur était craqué et que les bougies n'avaient jamais été changées en 90 000 km. Donc, leur inspection était bidon. De plus, le convertisseur de la transmission s'est abîmé entrainant des coûts de près de 400$ malgré l'achat d'une garantie prolongée.

À la suite de cette aventure, j'ai communiqué avec Occasion en Or qui a évidemment pris le parti du concessionaire. J'ai même pensé arrêter d'écrire sur Auto Opinion.ca parce que j'ai cru ne rien connaître sur l'automobile. Puis, je me suis dit que l'on apprend de ses erreurs et c'est pourquoi je vous écris aujourd'hui.

Donc, mes conseils:
• déterminez l'équipement désiré
• achetez près de chez vous
• vérifiez le contenu de l'annonce
• si vous n'aimez pas le vendeur ou son patron, sauvez-vous!
• n'achetez pas de garanties prolongées ou autres programmes qui ne font qu'augmenter le prix et qui, en bout de ligne, ne paient presque rien
• ne vous fiez pas sur la protection de la loi car elle ne vous protège que si vous avez un ami avocat!

Bien que la fiabilité de ma Ford Windstar 2003 ne soit pas si mal, je n'ai aucune confiance en ce véhicule.

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+