Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

06 août 2005

Essai routier: Hummer H2 2003



J’ai fait récemment un essai qui sort de l’ordinaire. Il s’agit du Hummer H2. Hors de l’ordinaire parce qu’il n’y a pas de concessionnaire dans ma région. En fait, il n’y a qu’un seul concessionnaire au Québec et il est à Montréal. J’ai la chance d’avoir un ami qui possède un Hummer H2 2003. Comme ces gros pachydermes évoluent très lentement, j’imagine que la conduite d’un modèle 2005 ressemble beaucoup au modèle 2003.

D’abord, un peu d’histoire. Vous vous souvenez sûrement de la guerre du Golfe, première édition en 1990. Les véhicules de l’armée américaine étaient fabriqués par AM General et on les appelaient Hummer. Étant donné les nombreux reportages, notamment à CNN, le Hummer connut une publicité instantanée. Après la guerre, AM General perdit le contrat de l’armée américaine mais continua à construire des Hummer en version civile. Arnold Swartzenegger en ayant acheté un, la vedette fit une publicité inespérée à ce gros véhicule.

Depuis quelques années, c’est General Motors qui s’occupe de concevoir et distribuer les véhicule de marque Hummer. Le plus gros, désormais appelé H1, est toujours en vente mais il se fait plus discret. C’est le modèle de format moyen(!), le H2, qui est la vedette de la marque. Il est construit sur la plate-forme des camionnettes Silverado / Sierra. Tout récemment, GM dévoila le plus petit modèle de la gamme, le H3, sur le châssis des camionnettes Colorado / Canyon.

Denis Dussault, de Parro-Info Développement, a bien voulu me faire essayer son Hummer H2 2003. D’abord la silhouette, toute carrée, nous rappelle les formes de la version originale. Malgré son format plus petit, il est très imposant et les marche-pieds ne sont pas superflus pour monter à bord. Les sièges tout en cuir de ma version d’essai respire la qualité et sont très confortables. Les cadrans blancs avec chiffres noirs sont très clairs et facile à lire. L’aménagement intérieur est d’ailleurs d’une impressionnante qualité pour ce qui est, à toute fin utile, un camion.

Autre signe de sa position surélevée, lorsque j’enclenche la marche arrière, les miroirs extérieurs s’abaissent légèrement pour permettre de voir les obstacles qui pourrait frôler le véhicule. La vue de ¾ arrière, malgré les glaces pas très grandes, est correcte. J’ai surtout fait mon essai en ville, ce qui n’est pas vraiment le terrain de prédilection pour un Hummer. L’accélération, malgré qu’elle soit satisfaisante, est surtout celle d’un camion. Lorsque vous changerez de voie, vérifiez bien qu’il n’y a pas une Geo Metro ou une Toyota Echo à côté de vous car vous ne la verrez pas. La conduite est tout de même agréable et le véhicule semble moins gros lorsqu’on le conduit depuis quelques minutes.

Côté mécanique, on fait affaire avec un moteur V8 de 6,0 litres et une transmission automatique à quatre rapports. Il produit 325 chevaux et 365 lb-pi de couple. Il a besoin de tous les chevaux disponibles car son poids frôle les trois tonnes, 2909 kilos pour être précis. Les freins sont à disques et antiblocage à quadruple circuit aux quatre roues. Les pneus sont des LT315/70R17 tout-terrain. Je ne l’ai évidemment pas essayé en tout-terrain mais il peut facilement grimper la bordure du trottoir sans que vous vous en aperceviez.

En résumé, je crois que c’est un excellent véhicule mais j’hésite à vous le recommander. Si vous en avez toujours voulu un et que vous avez 65 000$ plus taxes à mettre sur un mastodonte de ce genre, allez-y! Mais c’est un véhicule tellement spécialisé qu’il vous faudra être certain de votre choix. Essayez-le auparavant et peut-être pouvez-vous jeter votre dévolu sur un modèle usagé. Certains concessionnaires en ont un ou deux; ça attire le regard sur leurs autres modèles. Merci beaucoup Denis pour cet essai et je te souhaite bien du plaisir avec ton Hummer!

Aucun commentaire:

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+