23 mai 2017

Essai routier: Honda Civic hatchback 2017


Plusieurs s’entendent pour dire que le retrait du modèle à hayon n’était pas une bonne idée de markéting de la part de Honda pour sa Civic à la fin des années 90. Pourtant, depuis ce temps, elle est la voiture la plus vendue au Canada chaque année. Les chiffres ne disent donc pas tout. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que nous, Québécois, on l’aimait la Civic à hayon. Son côté pratique bien sûr, mais aussi parce qu’elle faisait plus « sportif » dans la tête de son jeune conducteur. Eh oui, ce sont souvent des jeunes qui possèdent ces modèles qui roulent encore sur nos routes et dont très peu d’exemplaires sont originaux. Plusieurs ont été modifiés avec des suspensions abaissées, des roues d’alliage chromées ou noires mat, des systèmes audios puissants, des ailerons et des jupes de bas de caisse, et quelquefois un gout douteux. Elle était donc très appréciée, cette petite Civic à hayon.

Eh bien, elle est de retour cette année. La Honda Civic hatchback revient en 2017 sous une robe ressemblant de très près à celle de la berline. Jusqu’au pilier B, les changements sont minimes. Par la suite, la ligne de toit semble un peu moins arquée jusqu’aux charnières du hayon. Celui-ci est très grand et descend très bas à même le parechoc, idéal pour charger de lourds objets. Les feux arrière ont la même signature visuelle que ceux de la berline, mais ils sont reliés par un aileron traversant la lunette arrière. La Civic hatchback a donc deux ailerons puisqu’il y en a un également dans le haut de la lunette.

L’habitacle est une copie conforme de celui de la berline. Contrairement à la génération précédente, l’indicateur de vitesse n’est plus près du parebrise. Il a rejoint ses copains niveau d’essence et température du liquide de refroidissement dans une nacelle d’un désign plutôt original. L’ordinateur de voyage qui accompagne l’indicateur de vitesse offre tous les renseignements utiles du premier coup : autonomie, consommation moyenne et instantanée. Pas besoin de jouer avec les pages de l’interface. Une petite ligne au-dessus de l’indicateur juge votre style de conduite : elle passe du blanc au vert dépendant du poids de votre pied droit sur l’accélérateur. Un petit mot sur les touches intégrées au volant : leur utilité n’est pas remise en doute, mais c’est plutôt leur texture que je remets en question. Elles me semblaient bien fragiles.

Au centre de la planche de bord se trouve l’écran du système d’infodivertissement, une quasi nécessitée dans les voitures d’aujourd’hui. L’interface est quelque peu vieillotte. Heureusement, le système est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto que je n’ai pas pu essayer parce que mon cellulaire n’est pas assez récent. Toutefois, je ne vois pas comment ça pourrait empirer les choses! Ce qui ne changera pas avec CarPlay ou Android Auto, ce sont les commandes tactiles à gauche de l’écran. Elles sont difficiles à manipuler puisque notre doigt bouche constamment sur des routes comme les nôtres. Des commandes conventionnelles feraient un bien meilleur travail.

Autre frustration : les prises USB, AUX et 12 V sont installées derrière la console centrale. Il est très difficile d’y brancher quelque chose sans descendre du véhicule et, le soir venu, cet endroit n’est pas éclairé. À revoir! Même des propriétaires actuels de Honda ne comprennent pas pourquoi les prises sont si mal placées! Au moins, si on réussit à mettre ces frustrations de côté, le système propose un bon rendement sonore autant pour la radio conventionnelle que pour les iPod et clé USB. Oubliez les CD toutefois, Honda est passé à autre chose!

La climatisation de ma voiture d’essai était complètement automatique et, signe des temps, le commutateur A/C a disparu. Apparemment, les compresseurs servant aux systèmes d’air conditionné seraient moins énergivores que par le passé et pourraient fonctionner en permanence sans effet significatif sur la consommation d’essence. C’est pour cette raison que le commutateur A/C a disparu. L’automatisme du système de cette Civic s’occupe de tout pour vous. Vous n’avez qu’à choisir la température désirée!

Lorsque vous choisissez le modèle hatchback, c’est que dans votre liste de priorité, il y a « espace de chargement ». Vous aurez alors fait un très bon choix parce que, même avec la banquette en place, l’espace est impressionnant. Bravo à Honda pour cette petite toile qui cache les objets de valeur et qui se roule à l’intérieur de la paroi gauche de l’espace de chargement quand on n’en a pas besoin. C’est plus pratique que la traditionnelle planche de carton! Si vous avez besoin de plus d’espace, abaisser la banquette arrière crée un espace caverneux dont le plancher est pratiquement plat. Même pour cet espace de rangement utilitaire, la finition est sans faille. Merci à Honda pour les grosses poignées servant à fermer le hayon. Il y en a même deux, une pour gaucher et une pour droitier!

Contrairement à la berline, le seul moteur offert est le nouveau moteur turbo de 1,5 litre avec ses 174 chevaux. Son rendement est tout à fait exceptionnel. Pratiquement pas de temps de réponse et de la puissance à revendre. La transmission de type CVT (une boite manuelle à six rapports est aussi disponible) est très bien programmée et elle se laisse facilement oublier. Fait à souligner, malgré la sportivité de la voiture, Honda n’offre pas de mode manuel… et c’est tant mieux! Je suis loin d’être friand de ce type de transmission.

Je dois vous avouer qu’en général, je ne suis pas un grand admirateur des modèles Honda. Tout comme pour les modèles Toyota, je crois souvent que la valeur des véhicules d’occasion est surévaluée puisque d’autres marques ont fait d’énormes progrès en terme de fiabilité. Mais rendons à César ce qui appartient à César, la Honda Civic hatchback 2017 est une fichue belle et bonne voiture. Quelques détails d’aménagement intérieur sont à revoir, mais le résultat concernant l’aspect mécanique est exceptionnel. Honda, le motoriste, semble avoir retrouvé son élan avec ce moteur turbo. Espérons maintenant que Honda ne la retire pas tout de suite de sa gamme puisque les Québécois l’aiment déjà. Et les Si et Type-R ne feront qu’en rajouter!

Venez donner votre opinion sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!

Essais réalisés précédemment :

Conditions de l’essai

Réalisé du 27 février au 5 mars 2017.
Météo : du soleil, un peu de pluie et de neige, entre -19 et 4 °C.
Modèle essayé : Honda Civic LX hatchback 2017
Assemblé à Swindon, Angleterre
Existe depuis : 1972          Actuelle génération : 2016
Prix selon www.honda.ca (23 mai 2017) :
** LX : 21 490 $
** LX Honda Sensing : 23 790 $
** SPORT : 25 290 $
** SPORT Honda Sensing : 27 590 $
** SPORT TOURING : 29 490 $
Prix du modèle essayé : 24 500 $ + taxes
Distance parcourue : 580,9 km (34 % autoroute)
Consommation selon
Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 7,7 L/100 km
** Route : 6,0 L/100 km
** Émissions de CO² : 162 grammes/km
Consommation affichée : 6,7 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 1 900 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute
Véhicule fourni par Honda Canada
Photos prises à La Visitation-de-l’Île-Dupas, Québec

21 mai 2017

Première épreuve de la Coupe Nissan Micra


C’était cette fin de semaine la première manche de la Coupe Nissan Micra. Déjà à sa troisième saison, les deux premières épreuves se déroulaient au Canadian Tire Motorsport Park, au nord-est de Toronto. Comme pour les autres fins de semaine à venir, deux courses étaient au programme. C’est Jean-Michel Isabelle qui a remporté les deux épreuves.

La première surprise s’est produite dès les qualifications de vendredi. Stéfan Gauthier, la recrue de l’année la saison dernière, a réussi à prendre la pole position pour les deux courses. Il s’était même classé devant les champions des années précédentes, Olivier Bédard et Xavier Coupal. Malheureusement pour Gauthier, samedi, un accrochage est venu lui enlever ses chances de gagner dès le premier tour. C’est Jean-Michel Isabelle qui s’est présenté le premier au fil d’arrivée, mais il faut souligner le doublé des frères Nicolas et Martin Barrette, des recrues arrivées 11e et 12e. Soulignons que leur père, l’humoriste Michel Barrette, sera de la course le weekend prochain.

Dimanche, en avant-midi, une parade de Nissan Z est venue éblouir le public présent le long de la piste. Des modèles récents, mais aussi des modèles des premières années de production tout droit sortis des années 70. Puis, en après-midi, Mère Nature se rebelle et offre aux pilotes de la Coupe Micra de la pluie. Les pilotes ont dû redoubler de prudence puisqu’aucun incident n’est venu troubler l’épreuve.

C’est Xavier Coupal qui est alors parti premier puisque Stéfan Gauthier avait été pénalisé pour l’accrochage de samedi. Bien que Coupal résista aux assauts d’Olivier Bédard, c’est tout de même Jean-Michel Isabelle qui prend la position de tête un peu avant la mi-course pour s’envoler avec la victoire.

Notons l’excellente performance du jeune autiste Austin Riley. Samedi, il a terminé 16e (4e chez les recrues) tandis qu’on le retrouve en 15e position dimanche (3e chez les recrues).


L’action se transporte au Circuit Mont-Tremblant dès la semaine prochaine dans le cadre de la Classique de printemps. Ce sera aussi les débuts en Coupe Micra de Michel Barrette, devenant ainsi le troisième membre de la famille à prendre le volant de la petite Micra S.

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.
Google+