26 janvier 2023

Essai routier: Subaru Ascent Premier 2023 – Grand luxe pour sept passagers

 


Il y a plusieurs années, la mode était à la mini-fourgonnette. Puis, les gens se sont sentis “diminués” à en conduire une. Pourtant, il n’y a rien de plus pratique qu’une mini-fourgonnette pour une petite famille: beaucoup d’espace pour des passagers ou des bagages ou un bon mélange des deux. Les portières coulissantes, il n’y a rien de mieux pour accéder à une troisième rangée de sièges. C’est aussi vrai que c’est plutôt ennuyant à conduire. Les acheteurs n’en voulant plus, ils se sont tournés vers les VUS, les fameux véhicules utilitaires sport. Les manufacturiers se sont donc mis à offrir des modèles avec sept ou huit places, pas plus intéressants à conduire. Mais, il faut bien l’avouer, un véhicule plus petit avec des portières conventionnelles ne pourra jamais rivaliser avec une mini-fourgonnette. Pourtant, celles-ci sont toutes en train de disparaître.  

 

Subaru en est à sa deuxième tentative de produire un VUS grand format. Son premier essai, le Tribeca, n’a pas connu un grand succès, mais l’Ascent, quant à lui, connait un beau succès. Le Subaru Ascent 2023 est offert en sept niveaux d’équipements, le Premier trônant en haut de la pyramide. Heureusement pour moi, c’est ce modèle que j’ai pu mettre à l’essai pendant une semaine. Il ne faut toutefois pas dénigrer les modèles moins équipés puisque le modèle Commodité, le modèle d’entrée du Ascent, propose tout de même un équipement intéressant. 

 

Pour 2023, Subaru a légèrement redessiné la partie avant. Les phares sont maintenant mieux intégrés à la calandre et, de face, on peut plus facilement le différencier du Forester. Contrairement à d’autres modèles Subaru, on n’a pas trop exagéré sur les ajouts en plastique noir (ce que vous appelez peut-être du “cladding”). Le modèle Premier exhibe de très belles roues d’alliage de 20 pouces et des rétroviseurs extérieurs repliables au fini chromé satiné. Mon véhicule d’essai était Bleu cosmique, une des belles couleurs offertes par Subaru qui n’hésite pas à sortir du traditionnel blanc-noir-gris. Le véhicule a fière allure vu de l’extérieur, mais qu’en est-il de l’intérieur? 

 

Le Subaru Ascent 2023 propose sept ou huit places assises. La déclinaison Premier ne propose que sept places puisqu’il y a des sièges capitaines à la deuxième rangée. La banquette de troisième rangée est plutôt réservée à de jeunes enfants ou à des personnes qu’on aime un peu moins! L’espace est plus juste et il faudra que les passagers de la deuxième rangée fassent un petit effort. Dans mon véhicule, les sièges étaient recouverts de cuir nappa brun donnant à l’habitacle une allure riche. Ce cuir s’agence bien avec le faux bois présent dans les portières et au tableau de bord. Celui-ci présente deux époques bien différentes. La nacelle d’instrumentation inclut deux grands cadrans conventionnels, blanc sur noir, avec un ordinateur de voyage au centre. Celui-ci permet d’afficher une bonne quantité d’informations et est facilement configurable avec des touches au volant. C’est classique et ergonomique, sans aucun doute. Au centre, on est plutôt au 21e siècle. Un grand écran de 11,6 pouces présente tout ce qui s’appelle système de navigation, audio et climatisation. 

 

Le système de navigation intégré provenant de chez TomTom fonctionne très bien. Il est facile de programmer une adresse autant manuellement que vocalement. Le GPS vous aidera même pour savoir sur quelle voie vous mettre dans les échangeurs plus difficiles à comprendre. Le système audio a été conçu par harman-kardon. Il y a 14 haut-parleurs disséminés dans l’habitacle en plus d’un caisson de graves dans l’espace de chargement. La sonorité du système est excellente autant pour la radio conventionnelle que pour la radio satellite et la musique en continu. Tout en bas de l’écran, les commandes de ventilation avec simples à comprendre. Il faut dire qu’il y a trois zones et que les passagers de la deuxième rangée ont leurs propres commandes de ventilation. Le volant est chauffant, tout comme les sièges avant et centraux. Les passagers avant ont aussi droit à des sièges ventilés. Heureusement, Subaru a laissé quelques touches essentielles, comme changer la température, changer le volume de la radio ou changer de station. Ces actions sont parfois difficiles à faire sur nos belles routes québécoises. 

 

Si ce système ne vous intéresse pas, vous pouvez toujours brancher votre cellulaire et utiliser Apple CarPlay ou Android Auto. Les deux interfaces fonctionnent également en mode sans fil. Le petit oubli de Subaru, c’est qu’il n’y a pas de chargeur sans fil. L’utilisation d’Android Auto sans fil sur une distance de 60 km a grugé 40% de ma batterie! Il est possible d’en ajouter un directement chez Subaru, mais c’est près de 300$ + taxes et installation. Dans un véhicule de plus de 60 000 $ avec taxes, ça aurait dû être inclus. Android Auto sans fil sans un chargeur sans fil, c’est pratiquement inutile. Par contre, pour le branchement, Subaru a fait ses devoirs. Outre les prises 12V à l’avant et dans la soute à bagages, il y a une prise USB à l’avant, au centre et à l’arrière. Même chose pour des prise USB-C de 3,0A. Pour les passagers du centre, il y a même une prise de courant domestique. C’est très intéressant. Un petit mot sur le système EyeSight. Ce système qui utilise des caméras pour voir ce qu’il y a devant et vous prévenir des dangers prend du retard comparé aux système de la concurrence. Il est aveuglé par le soleil et n’aime pas beaucoup les tempêtes de neige. Lors d’un trajet jusqu’à Ottawa, le système s’est désactivé plusieurs fois. C’est dans ces événements plus extrêmes qu’on a vraiment besoin d’aide à la conduite. Malheureusement, EyeSight semble avoir les mêmes limitations que les êtres humains. 

 

Pour ce qui de l’espace de chargement, il est possible de transporter sept passagers et un peu de bagages ou cinq passagers et beaucoup de bagages. En abaissant la banquette et les sièges capitaine, l’espace ainsi créé est assez impressionnant. Petit détail à propos des sièges capitaine: lorsqu’ils sont abaissés, le plancher n’est évidemment pas complètement plat et il y a un trou au centre. L’idéal est d’avoir le modèle huit places qui a une banquette à la deuxième rangée. À vous de choisir si vous transporterez plus souvent des personnes ou des bagages! Le Subaru Ascent 2023 peut tracter 5 000 livres avec l’équipement approprié. 


Sous le capot, Subaru fait confiant à son moteur 2,4 litres turbo produisant 260 chevaux. Il est jumelé à une boîte CVT que Subaru a bien programmé. Elle n’est pas désagréable en accélération. Le moteur est un peu grognon en accélération, mais ce n’est pas désagréable non plus. Le freinage semble très bon et le seul petit point négatif concernant la mécanique est la direction qui est vraiment trop démultipliée. La direction est légère et ne transmet aucune sensation venant de la route. La transmission propose un mode manuel à huit rapports avec des palettes au volant. Personnellement, je me sers de ce mode pour dépasser un autre véhicule. Ça donne un petit “boost” à l’accélération. 

 

C’est donc un bien beau VUS que nous propose Subaru dans cette catégorie. Avec sa traction intégrale symétrique à prise constante, ses sept ou huit places, sa carrosserie robuste et un système d’infodivertissement maintenant digne de ce nom, le Subaru Ascent Premier 2023 est une valeur sûre sur le marché québécois. N’hésitez pas à le considérer sur votre liste d’achats! 

 

Venez donner votre opinion sur la page Facebook d'AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s'y trouvent. Cliquer sur "J'aime", ça fait toujours plaisir! 

 

Conditions de l'essai 

 

Réalisé du 16 au 23 janvier 2023. 

Météo: du soleil, de la neige et une tempête de neige, entre –10 et 4 °C. 

Modèle essayé: Subaru Ascent Premier 2023 

Assemblé à Lafayette, Indiana, États-Unis 

Générations: 

  • 1re - 2019 

Prix selon www.subaru.ca (26 janvier 2023): 

  • Commodité (8 places) - 43 303 $ 

  • Tourisme (7 ou 8 places) – 47 803 $ 

  • Onyx (7 places) – 49 603 $ 

  • Limited (7 ou 8 places) – 53 203 $ 

  • Premier (7 places) – 56 303 $ 

Prix du modèle essayé: 

  • PDSF – 53 995 $ 

  • Préparation à la route et transport – 1 995 $ 

  • Autre frais – 313 $ 

  • Total – 56 303 $ + taxes 

Distance parcourue: 937,8 km (92 % autoroute) 

Consommation selon Ressources Naturelles Canada: 

  • Ville – 12,3 L/100 km 

  • Route – 9,4 L/100 km 

  • Émissions de CO² - 256 grammes/km 

Consommation affichée: 11,0 L/100 km 

Régime moteur à 100 km/h: 1 600 tours/minute 

Régime moteur à 115 km/h: 2 000 tours/minute 

Véhicule fourni par Subaru Canada 

Photos prises à Ville Mont-Royal et Berthierville, Québec  




Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.
Google+