11 septembre 2017

Essai routier: Buick Encore 2017


« Buick Encore, Encore Buick! » Ce slogan piqué à la campagne publicitaire de la petite sous-compacte Renault des années 80 aurait pu s’appliquer à la marque Buick. Après avoir survécu à une restructuration des modèles en 2004 (la marque Oldsmobile avait alors disparu), Buick est aussi passée à travers la faillite de GM en 2009 en compagnie de Chevrolet, GMC et Cadillac. Eh oui, Buick est encore là! Les amateurs de la marque pourront remercier les Chinois qui adorent les Buick, sans quoi, la marque serait probablement disparue en 2004.

Après 2004, il fallait remettre Buick dans la course puisqu’il ne suffisait pas de vendre des Century et des Cutlass. Buick a pris le virage des utilitaires avec les RendezVous, Rainier et Silhouette. C’était un début, mais la demande pour ces véhicules n’a fait qu’augmenter depuis ce temps, si bien qu’aujourd’hui, Buick vend plus de VUS que de voitures. Les LaCrosse, Regal et Cascada, offerte seulement à nos copains américains, ont peine à sortir des salles de montre. Par contre, les Encore, Envision et Enclave n’ont aucune difficulté à se trouver des acheteurs.


Ce qui m’amène à l’Encore. Bien qu’il porte les écussons Buick, il ne faut pas être très perspicace pour s’apercevoir qu’il est le cousin du Chevrolet Trax. D’ailleurs, la plateforme de ce VUS sous-compact se retrouve un peu partout dans le monde. C’est un Opel et Vauxhall Mokka en Europe, un Holden Trax en Australie et un Chevrolet Tracker en Russie. C’est aussi la même plateforme servant à boulonner la carrosserie de la Chevrolet Sonic. Sous le nom de Buick Encore, on le retrouve au Canada, aux États-Unis et en Chine. Plus international que ça, tu meurs!

Pour 2017, le Buick Encore se refait une beauté. La partie arrière n’a pas beaucoup changé, mais la partie avant exhibe une nouvelle calandre plus sage que la précédente, mais aussi plus classique en lien avec l’image actuelle de Buick. Elle est entourée de nouveaux phares dotés de deux beaux crochets inversés en DEL. Les roues chromées de mon véhicule d’essai mettaient en valeur la couleur blanche de la carrosserie avec la base grise.


À l’intérieur, Buick n’a pas simplement adapté le tableau de bord du Chevrolet Trax. Il lui est exclusif. Les sièges en cuir caramel sont très beaux et confortables et découpent à merveille cet intérieur où les plastiques gris sont à l’honneur. Le support latéral n’est pas très important toutefois et le cuir ne semble pas « respirer » si bien que sur un long trajet, notre dos devient humide. Ma conjointe m’a même demandé si les sièges chauffants n’étaient pas en fonction en permanence! L’espace pour les jambes est bon à l’avant, mais c’est évidemment plus juste à l’arrière. Remarquez que ce n’est pas vraiment mieux chez la concurrence. Il vient un moment où les dimensions du véhicule n’ont pas le choix d’influer sur l’espace offert.


De retour à l’avant, la nacelle d’instrumentation est très simple avec ses deux grands cadrans pour le tachymètre et l’indicateur de vitesse et deux petits cadrans pour le niveau d’essence et la température du liquide de refroidissement. Le plus intéressant est l’ordinateur de voyage installé entre les deux grands cadrans. Les renseignements intéressants sont tous affichés sur la même page. Sur l’écran central, c’est le système d’infodivertissement IntelliLink de Buick. Relativement facile à utiliser, il permet de jumeler son téléphone cellulaire au système Bluetooth pour faire et recevoir des appels. Le système de navigation de mon véhicule était aussi facile à utiliser et adéquat dans ses trajets. Il est possible d’écouter la radio AM, FM et Satellite. Laisser vos CD à la maison, vous êtes dépassé dans un monde où le numérique prend le dessus et fait disparaitre les fentes de lecteurs CD. Parlant de numérique, dans un petit coffre fermé au bas de la console, il y a deux prises USB, une prise AUX et une prise 12 V. C’est une bonne idée de les avoir installées dans un coffre fermé, le problème étant plutôt qu’il est trop petit. Vous aurez beaucoup de difficulté à y laisser votre iPod. Quant à avoir de la musique sur une clé USB comme je le fais, choisissez-en une petite courte parce que le couvert ne fermera pas. Disons que l’idée est bonne, mais qu’il faudrait recevoir l’emplacement de toutes ces prises.

Sous l’écran se trouvent les commandes de ventilation. Dans mon véhicule, le contrôle de température était automatique, bizone et facile à ajuster. Si l’automatisme vous dérange, des commutateurs permettent de tout régler facilement. Les sièges avant sont chauffants, mais considérant ce que j’ai écrit un peu plus haut, il se pourrait que vous ne les utilisiez pas beaucoup!

Pour ce qui est de la soute à bagages, mon avis est partagé. Avec la banquette relevée, l’espace y est vaste considérant les dimensions du véhicule. Il y a même des espaces de rangement dans les parois. C’est quand on abaisse la banquette que ça se gâte. Le système est compliqué alors qu’il faut relever l’assise et baisser la banquette en deux étapes. La bonne nouvelle toutefois, c’est que ça donne un plancher presque plat et beaucoup d’espace.


Sous le capot, le Buick Encore 2017 fait confiance à un moteur turbo de 1,4 litre plus puissant que celui de Chevrolet. Ses 153 chevaux font bien le travail avec un ou deux passager à bord. Avec plus de personnes ou de bagages, les performances commencent à s’en ressentir, mais c’est quand même mieux qu’avec le moteur de 138 chevaux du Chevrolet Trax. Il faut dire que le véhicule avec traction intégrale fait osciller la balance à plus de 1500 kg. Il faut quand même souligner qu’il offre l’injection directe et la technologie de démarrage/arrêt, une technologie que bien des véhicules plus chers n’offrent pas. La transmission est automatique à six rapports. Bonne idée de ne pas avoir essayé d’y installer une CVT qui aurait fait hurler le petit moulin. Un mode manuel est inclus, mais je me demande bien qui voudra s’en servir. C’est un bouton à bascule installé sur le dessus du levier de vitesses. Aucunement intéressant à utiliser quoique la vitesse de changement des rapports soit bonne. J’aurais préféré jouer avec le levier de vitesses ou avoir des palettes au volant.

En bref, le Buick Encore 2017 propose de belles qualités. Ce n’est pas un bolide, mais il est agréable à conduire. Il faut toutefois prendre quelques instants pour réfléchir. Le prix de base est d’un peu moins de 26 000 $. Si vous voulez absolument avoir l’écusson Buick dans la calandre, c’est probablement une bonne affaire. Par contre, si c’est le luxe et les gadgets qui vous intéressent, il faudra allonger plus de 40 000 $. Il ne faut pas non plus oublier que le Buick Encore, peu importe tout le luxe dans lequel on l’enveloppe, reste un véhicule aux origines plutôt modestes. La finition semble bien exécutée, mais la qualité des plastiques n’est pas à la hauteur de l’image que Buick cherche à projeter. Néanmoins, le Buick Encore 2017 est un bon véhicule, mais méfiez-vous du catalogue des options pour ne pas vous réveiller avec la gueule de bois le lendemain!

Venez donner votre opinion sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!

Conditions de l’essai

Réalisé du 5 au 12 juin 2017.
Météo : de la pluie et un peu de soleil, entre 7 et 31 °C.
Modèle essayé : Buick Encore Haut de Gamme TI 2017
Assemblé à Bupyeong, Corée du Sud
Existe depuis : 2013 Actuelle génération : 2013
Prix selon www.buick.ca (11 septembre 2017) : 
** Base TA : 25 445 $ 
** Privilégié TA : 27 945 $ 
** Sport Touring TA : 29 945 $ 
** Essence TA : 33 245 $ 
** Privilégié TI : 29 945 $ 
** Sport Touring TI : 31 945 $ 
** Essence TI : 35 245 $ 
** Haut de Gamme TI : 36 445 $
Prix du modèle essayé : 37 518 $ + taxes
Distance parcourue : 593,5 km (67 % autoroute)
Consommation selon Ressources Naturelles Canada : 
** Ville : 9,8 L/100 km 
** Route : 7,7 L/100 km 
** Émissions de CO² : 208 grammes/km
Consommation affichée : 7,6 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 2 100 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute
Véhicule fourni par GM Canada
Photos prises à Ste-Élisabeth, Québec

17 août 2017

Essai routier: Kia Soul turbo 2017


Le moins que l’on puisse dire, c’est que Kia ne lâche pas le morceau avec la Soul. La petite voiture aux formes uniques lancée en 2009 se fait un chemin grâce à sa silhouette sympathique. J’ai essayé tous les groupes motopropulseurs offerts depuis ses débuts, du 1,6 litre jusqu’au moteur électrique en passant par le moteur 2,0 litres. Mis à part le moteur électrique dont la puissance est excellente, les deux autres motorisations m’ont plutôt laissé sur ma faim malgré une mise à jour réalisée en 2014. Tel ne fut pas ma joie au dernier Salon de l’Auto de Montréal de voir exposée une version turbo. Peut-être était-ce la réponse à ce manque de puissance!


Depuis 2014, il n’y a pas vraiment eu de changements esthétiques. La voiture aux formes plutôt carrées est la survivante d’une catégorie où l’on retrouvait les Honda Element, Nissan cube et Scion xB. Alors que les concurrents n’ont jamais pu adapter leur voiture aux désirs de la clientèle, Kia s’en sort plutôt bien, avec la gent féminine notamment. En effet, regardez autour de vous qui conduit les Soul et vous verrez qu’en majorité, ce sont des femmes.


Alors que les produits Kia offrent presque tous un tableau de bord très semblable d’un modèle à l’autre, la Soul fait bande à part. Les hautparleurs sont notamment stylisés et s’intègrent aux buses de ventilation. Les commandes intégrées au volant ont une forme arrondie exclusive chez Kia et, pour le modèle turbo, Kia a aplati le bas du volant. Parlant de ce volant, sur ma voiture d’essai, il était de cuir vêtu avec une petite couture de couleur contrastante. Les sièges étaient décorés de la même façon. Puisque cette version turbo mise sur l’accent sportif, j’aurais apprécié des sièges plus soutenant, mais ce n’est pas le cas. Pour ce qui est de l’instrumentation, c’est du pareil au même avec une version à motorisation conventionnelle.


Le système d’infodivertissement de Kia est l’une de ses forces. Quoiqu’il aurait besoin d’une petite mise à jour (ou une mise au gout du jour), il accomplit bien ce qu’on lui demande. La radio harman/kardon a une belle sonorité (il y a même des lumières dans les hautparleurs des portières avant!) et il est possible de faire jouer son iPod ou de la musique par Bluetooth ou sur clé USB. Laissez vos CD à la maison, vous êtes dépassés! Le système de navigation est aussi très bien et on peut programmer une adresse vocalement ou manuellement. Vocalement, il y a quelquefois des longueurs. Un processeur un peu plus rapide serait apprécié. Les prises 12V/USB et AUX sont au bas du bloc central et il aurait été intéressant qu’il y ait un petit coffre pour mettre nos appareils électroniques à l’abri des regards. Il y a bien une prise USB dans le rangement central, mais elle ne sert qu’à la recharge.


La climatisation et la ventilation sont automatiques et se laissent oublier lorsque vous avez ajusté la température voulue. Dans ma voiture d’essai, les sièges avant et arrière étaient chauffants de même que le volant. La soute à bagages est très logeable malgré les dimensions réduites du véhicule. Lorsqu’on abaisse la banquette arrière, c’est encore mieux, mais le plancher n’est pas parfaitement plat. Sous le plancher, Kia a installé un plateau avec quelques compartiments de rangement pour y mettre un bidon de lave-glace ou des câbles de survoltage. Une belle idée qui permet que les petits objets ne se promènent pas pendant qu’on est sur la route.


Mis à part l’identification « turbo » sur le hayon, la Kia Soul turbo 2017 se différencie de ses sœurs par un bouclier avant plus agressif. En fait, les phares antibrouillard sont plus proéminents et le bouclier noir compte plus d’ouvertures. Derrière ces ouvertures se trouve un moteur turbo de 1,6 litre produisant 201 chevaux et 195 livres-pied de couple dès 1500 tours/minute. La transmission est automatique à sept rapports avec mode séquentiel Sportmatic. Ce mode est intéressant pour ceux qui veulent mieux exploiter la puissance. Curieusement, la puissance est au rendez-vous, mais le temps de réponse me semble trop long. Serait-ce la transmission qui est lente à réagir? Je ne sais pas, mais les départs ne sont pas foudroyants. Lorsque la puissance arrive, ça pousse assez fort et si j’avais cette puissance dès que je pousse à fond sur l’accélérateur, ce serait excellent. C’est ce temps de réponse (du turbo ou de la transmission) qui me fait un peu déchanter. Pour le reste, la suspension est intéressante par son confort. Elle n’est qu’un peu sèche à l’arrière lors d’un passage de voie ferrée, par exemple.


J’ai l’impression de me répéter toujours et encore, mais je l’aime cette petite Kia Soul. C’était mon quatrième essai depuis 2010 et malgré une puissance quelquefois un peu juste, elle est très agréable à conduire. Elle offre beaucoup d’espace pour les occupants, particulièrement en hauteur. Si vous n’avez pas beaucoup d’amis avec vous, elle pourra apporter beaucoup de bagages. L’ajout d’un modèle turbo avait suscité beaucoup d’espoir de ma part. Je n’ai pas été comblé cette fois-ci, du moins pas complètement. Si on pouvait éliminer ou au moins diminuer ce temps de réponse, la puissance ferait toute la différence.


Venez donner votre opinion sur la page Facebook d’AutoOpinion.ca. De plus, toutes les photos s’y trouvent. Cliquer sur « J’aime la page », ça fait toujours plaisir!


Essais réalisés précédemment :


Conditions de l’essai


Réalisé du 15 au 19 mai 2017.
Météo : que du soleil, entre 11 et 33 °C.
Modèle essayé : Kia Soul SX Turbo Tech 2017
Assemblée à Gwangju, Corée du Sud
Existe depuis : 2009 Actuelle génération : 2014
Prix selon www.kia.ca (16 aout 2017) :
** LX : 21 850 $
** EX : 23 450 $
** EX+ : 25 250 $
** EX Premium : 27 850 $
** EX Tech : 30 250 $
** SX Turbo : 27 850 $
** SX Turbo Tech : 31 850 $
Prix du modèle essayé : 32 050 $ + taxes
Distance parcourue : 543,1 km (74 % autoroute)
Consommation selon Ressources Naturelles Canada :
** Ville : 9,1 L/100 km
** Route : 7,7 L/100 km
** Émissions de CO² : 199 grammes/km
Consommation affichée : 7,7 L/100 km
Régime moteur à 100 km/h : 2 000 tours/minute
Régime moteur à 115 km/h : 2 300 tours/minute
Véhicule fourni par Kia Canada
Photos prises à Joliette, Québec

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.
Google+