Lisez d'autres textes de mes essais à leblogauto.ca, section Essais Routiers!

18 juin 2013

Essai routier: Volkswagen Beetle TDI 2013



La Volkswagen Beetle est une voiture iconique dans l'industrie automobile mondiale.  Depuis plus de 60 ans, sa silhouette est tout en rondeurs.  Elle a été mise au goût du jour, mais son design de base n'a pas changé.  La Volkswagen Beetle a été importée officiellement aux États-Unis à partir de 1949.  Deux exemplaires ont été vendus cette année-là!  Au Canada, il faut attendre quelques années, soit 1952.  En 1960, la Beetle était la troisième voiture la plus vendue au Canada!

En 2000, Volkswagen a ramené la Beetle (alors nommée New Beetle) au Canada après plusieurs années d'absence.  C'était une renaissance pour nous, mais la Beetle n'avait jamais arrêté sa carrière sur plusieurs autres marchés, notamment au Brésil et au Mexique.  Le nouveau design, beaucoup plus en rondeurs que l'original, a particulièrement plu à la gente féminine, si bien que la New Beetle s'est vite positionnée comme étant un “char de fille”.  Avec l'intention de lui insuffler un peu de testostérone, Volkswagen redessine la Beetle en 2012, sans perdre de vue qu'elle doit ressembler à l'originale.  Volkswagen en profite pour retirer le mot “New” de son nom, porté seulement en Amérique du Nord.

Par rapport à la génération précédente, même si elle garde sensiblement la même partie avant, elle a l'air plus large et trapue grâce à l'ajout d'une barre noire qui traverse l'avant de la voiture, sous le pare-chocs.  Les phares sont toujours ronds, mais les feux de position ont été dissimulés plus bas, dans la barre noire.  Vue de profil, la voiture est plus trapue puisqu'on a abaissé le toit.  De plus, une moulure chromée du plus bel effet a été ajoutée sous la portière pour souligner la présence d'un marche-pied sur la version originale.  Cette silhouette plus trapue me fait penser à l'Audi TT.  La partie arrière est améliorée par un hayon qui descend plus bas et semble plus large à la base que celui de la génération précédente.  Les nouveaux feux arrière sont mieux intégrés aux ailes bombées.

Le tableau de bord de la Volkswagen Beetle 2013 est beaucoup mieux réussi que celui qu'il remplace.  Exit le pot de fleur!  Le design d'ensemble se rapproche plus de l'original, surtout avec ce petit coffre de rangement placé très haut devant le passager.  Le fait que la couleur du tableau de bord soit assortie à celle de la carrosserie fait penser aux vieux tableaux de bord en acier.  Heureusement, aujourd'hui, il est en plastique!  Le gros indicateur de vitesse est toujours là, mais dans une nacelle plus large et entouré de deux plus petits cadrans pour le niveau d'essence et le tachymètre.  Au bas de l'indicateur de vitesse, un ordinateur de bord avec les données habituelles de consommation d'essence, d'autonomie, de compteur journalier, etc...  Un petit truc de Volkswagen: si vous voulez conserver votre moyenne de consommation d'essence entre deux changements d'huile, par exemple, utilisez l'affichage qui a un petit “2” dans le coin droit.  C'est vous qui le réinitialisez.  Celui avec un petit “1” se remet à zéro de lui-même après une courte période de temps!  Le volant est très joli avec sa partie basse aplatie et sa couleur rouge.  Le régulateur de vitesse situé sur le bras des clignotants n'est pas l'idée du siècle et il est plutôt difficile à utiliser.

Au centre du tableau de bord, entouré de deux buses de ventilation, se trouve le système audio.  Il est assez facile d'utilisation.  Le son de la radio FM et des disques compacts est excellente.  Pour ce qui est des iPod, la prise USB est dans le coffre à gants.  Il peut aussi être jumelé par Bluetooth.  Dans les deux cas, malgré toute ma bonne volonté, le son était pourri.  Avec le fil, il y a toujours des parasites et par Bluetooth, le son est inégal.  Parlant de Bluetooth, vous pouvez relier votre téléphone cellulaire au système.  Le son est bon.  Deux petits bémols: le code de pairage n'est pas écrit sur l'écran, il faut le chercher dans le manuel d'instructions.  Ensuite, le bouton pour répondre au téléphone est situé au plafond, forçant le conducteur à quitter la route des yeux pour répondre au cellulaire, ce qui est contraire au gros bon sens. 

Sous le système audio sont situées les commandes de ventilation et des sièges chauffants.  Dépourvues de style, elles sont pourtant faciles à utiliser.  Le petit rangement situé entre les deux baquets ne peut servir qu'à y mettre vos papiers d'assurance et d'immatriculation.  Vous aurez compris qu'il est très petit et pas très profond.  Le coffre à gants n'est pas très grand non plus, mais, heureusement, il y en a un autre en dessous avec des dimensions plus conventionnelles.  La commande d'ajustement des rétroviseurs extérieurs n'est pas située dans l'axe de ceux-ci, ce qui peut être un peu déroutant au début.  J'aime bien cette petite touche d'originalité le soir venu qui consiste à éclairer le contour des haut-parleurs situés dans les portières.  Il y a même un choix de trois couleurs.  Dieu merci, Volkswagen a résisté à l'envie de les faire clignoter au son de la musique!  Voilà une belle façon de se servir du pouvoir de la fibre optique.

Le confort des sièges avant est dans la moyenne.  Ceux situés à l'arrière sont moins douillets, mais l'accès à ces places est moins ardu qu'on pourrait le penser.  Les portières sont longues, le déplacement du siège vers l'avant dégage un bon espace et le pavillon très haut de la Beetle facilite l'entrée des passagers.  Donc, l'accès n'est pas un problème.  Les rétroviseurs extérieurs sont de bonne dimension, mais la visibilité de ¾ arrière est plus problématique à cause d'un pilier C très large, gracieusement de la silhouette bien particulière de la Beetle.  Il faudra donc être très prudent lors des changements de voie sur l'autoroute.

Pour ce qui est de la soute à bagages, elle est relativement grande et on peut l'agrandir en abaissant la banquette divisée 50/50, sans toutefois pouvoir obtenir un plancher plat.  Le défaut majeur du coffre est son seuil de chargement assez élevé.

La nouveauté de cette Beetle 2013 est la possibilité d'obtenir un moteur diesel propre.  Il ne faut pas se fier à la puissance annoncée de 140 chevaux puisque c'est le couple qui fait la différence.  Et comme tout bon moteur diesel, il en produit beaucoup: 236 lb-pi de 1 750 à 2 500 tours/minute.  Ce couple à bas régime donne d'excellentes performances.  Il faut également souligner le travail exceptionnel de la boîte de vitesses automatique DSG (Direct Shift Gearbox) à six rapports.  Les passages de vitesses sont rapides et doux.  Les rapports sont bien étagés.  S'il vous prend l'envie de les passer vous-même, c'est possible grâce au mode Tiptronic.  Manuellement, c'est aussi rapide qu'automatiquement.  Si vous désirez un peu plus de sportivité mais ne voulez pas passer les rapports vous-même, cette boîte offre un mode Sport (S) qui prolonge le plaisir entre les changements de rapports.  Une boîte de vitesses impeccable!

Les freins sont à disques avec antiblocage ABS aux quatre roues.  Ils sont puissants et ne méritent pas de critique particulière.  La suspension est confortable et ne nuit aucunement à la tenue de route.  La Beetle 2013 roule sur des pneus de 16 pouces montés sur des roues d'alliage qui ne sont visiblement pas conçus pour la conduite sportive.  Les modèles plus équipés roulent sur des pneus de 17 ou 18 pouces.

Somme toute, une belle surprise pour moi que cette Volkswagen Beetle 2013.  J'avais déjà essayé le moteur TDI dans la Golf et la Jetta.  Je connaissais donc le bon rendement de ce moteur et, surtout, de la boîte automatique DSG que j'adore.  Ma surprise vient plutôt de l'image que cette voiture a projetée dans le passé, du fait qu'on parlait d'un “char de fille”.  D'après moi, c'est moins vrai que par le passé.  J'ai éprouvé du plaisir à la conduire, et si le système audio avait supporté correctement mon iPod, le plaisir en aurait été amélioré.  Sa silhouette provenant du passé s'est maintenant transposée à l'intérieur avec ce tableau de bord à l'allure “vintage”.  Il est toujours difficile de faire vieillir un modèle rétro, mais Volkswagen a bien réussi.  J'aurais toutefois de la difficulté à vous recommander d'acheter une Beetle à cause des limitations qu'elle impose: places arrière limitées, deux portières, coffre au seuil élevé et moyennement modulable, etc...  Pour acheter une Beetle, il faut être un amateur de Beetle.  Si vous en voulez vraiment une, elle ne vous décevra pas!

Donnez-moi votre opinion sur le forum d'Essauto en cliquant ici!

Conditions de l’essai

Réalisé du 6 au 10 mai 2013.
Météo: beaucoup de soleil, peu de pluie, entre 11 et 31 °C.
Modèle essayé : Volkswagen Beetle TDI Comfortline 2013
Prix selon www.vw.ca (11 juin 2013):
** Comfortline: 22 175 $
** Highline: 24 625 $
** Sportline: 29 575 $
Prix du modèle essayé :  26 865 $ + frais et taxes
Distance parcourue : 592,4 km (34 % autoroute)
Consommation selon Ressources Naturelles Canada :
** Ville: 7,0 litres/100 km
** Route: 5,0 litres/100 km
** Émissions de CO²: 3 294 kg/an
Consommation dans la vraie vie: 5,9 L/100 km
Régime-moteur à 100 km/h : 1 800 tours/minute
Régime-moteur à 115 km/h : 2 050 tours/minute
Véhicule fourni par Volkswagen Canada.
Photos prises à Ste-Élisabeth, Québec

3 commentaires:

Jean-Fi a dit...

Personnellement, j'ai jamais trouvé un intérêt à la Beetle et en regardant les photos, je trouve que la finition fait cheap. La couleur sur le haut des portes à l'intérieur et le volant, c'est un retour aux années 60-70, je déteste toujours autant.
Sous le capot, je plains les proprios qui devront changer une ampoule de phare, sauf astuce cachées du genre J'enlève le phare complet en 6 secondes chrono.

Christian Gagnon a dit...

Je suis bien content de te lire sur mon site, Jean-Fi!

Comme je l'ai dit, ce n'est pas une voiture pour tous. Ceux qui vont en acheter une en veulent vraiment une. C'est un marché bien ciblé.

Pour ce qui est du retour aux années 60-70, c'est le but de l'exercice et je crois que c'est plus réussi que dans la génération précédente...

Jean-Fi a dit...

Plus réussi, je ne trouve pas. La ligne de la première génération rappellait beaucoup mieux la Cox', celle-ci fait Audi TT surélevée et au rabais.

Avertissement

La consommation réelle peut différer de 10 à 20% par rapport à la consommation affichée par l'ordinateur de bord. Toutefois, à des fins de comparaison, j'inscris toujours la consommation que l'ordinateur de bord affiche à la fin de la période d'essai.

Un de mes essais chez leblogauto.ca

Google+